...


Cortège d'ouverture de la foire expo
Warning[1]

Abstract


Ce film nous montre des Hitlerjugend qui défilent après l’annexion de l’Alsace.

Description


Le film débute par des enfants qui sont en uniforme en face du caméraman. À L’arrière-plan on peut voir un bâtiment, la caméra montre l’ensemble du groupe d’enfant. Un Homme à vélo passe à l’arrière. On peut voir un arbre situé sur la gauche du groupe d’enfant. Un enfant rejoint le groupe et vient se placer à l’arrière. Sur le plan suivant nous pouvons voir des adultes qui semblent également être en uniforme sur la droite du groupe d’enfant. Le groupe se tourne ensemble vers la gauche et se met en marche, ressemble à une marche militaire.


Metadata

Reference / film number :  0021FN0003
Date :  1938
Coloration :  Black and white
Sound :  Mute
Running time :  00:00:17
Film-maker :  Breesé, Emile
Reel format :  9,5 mm
Genre :  Amateur movie
Thematics :  Strasbourg, european capital
Archive :  MIRA

Context and analysis


L’armistice est signé entre la France et l’Allemagne le 22 juin 1940. En premier lieu les Allemands essayent de faire revenir les Alsaciens dans leur région qui avaient été évacués dès septembre 1939. Le 28 juin 1940, Hitler se rend en Alsace. Bien que l’annexion ne soit jamais réellement formulée ni acquise, les Allemands se comportent en Alsace comme sur un territoire du Reich. Les frontières de 1870 sont remises en place. La région alsacienne est rattachée au Land de Bade. Il y a une réelle volonté de germaniser le territoire, le Gauleiter d’Alsace Robert Wagner a promis de le faire en moins de 5 ans. Les Alsaciens sont ainsi encouragés par les autorités à rejoindre les organisations nazies. Nous avons ici des images des jeunesses hitlériennes, reconnaissables à leur uniforme. Les Hitlerjugend furent créés en 1926. Elles sont elles-mêmes issues des Jungsturm Adolf Hitler qui furent créés en 1922, mais interdits en 1923. Les Jeunesses hitlériennes avaient comme but la formation de « surhomme aryen ». Jusqu’à l’accession de Hitler au pouvoir, les jeunesses hitlériennes ne comptaient que peu de monde. En effet en 1932, les Hitlerjugend comptent 107 956 membres sur près de 6 millions de jeunes Allemands appartenant à différents groupes de jeunesse. Une fois que Hitler fut au pouvoir, le nombre des membres des jeunesses hitlériennes ne cessa d’augmenter. Ainsi fin 1933, les jeunesses hitlériennes comptent plus de deux millions de membres. Cela s’explique par la dissolution des autres groupes pour les jeunes, comme la ligue des jeunes communistes d’Allemagne, le Mouvement des jeunes travailleurs socialistes sociaux-démocrates et l’Association des jeunes socialistes allemands. Les Hitlerjugend sont sous l’autorité des Sections d’Assaut (SA). Elles étaient réservées aux garçons de 14 à 18 ans. À coter de ça se forme d’autres groupes comme les Deutsche Jungvolk réservés aux garçons de 10 à 14 ans. Les filles avaient également le droit à leur propre association. Pour les jeunes filles de 10 à 14 ans, elles étaient regroupées dans : Jungmädelbund, et pour les jeunes filles de 14 ans à 17 ans elles étaient regroupées dans : Bund Deutscher Mädel. Après l’armistice du 22 juin 1940, les Hitlerjugend s’implantent également sur le territoire alsacien. L’auteur filme ici un groupe de jeunes membres des Hitlerjugend.


I) Un endoctrinement dès le plus jeune âge

La Hitlerjugend est introduite en Alsace dès le 8 septembre 1940. Cela est issu d’une politique de germanisation et de nazification en Alsace. Ainsi l’allemand devient la seule langue autorisée en Alsace. Les premiers Hitlerjugend alsaciens sont issus des mouvements autonomistes. Ce sont les plus radicaux des mouvements autonomistes qu’on retrouve directement après l’annexion allemande. Ainsi on retrouve les anciens de la Jungmannschaft de Hermann Bickler. Une association étudiante qui défend le Volkstum : idée de communauté issue d’une même souche. La Jungmannschaft avait déjà copié le fonctionnement des Hitlerjugend. Les membres des jeunesses hitlériennes proviennent aussi du Bund Erwin von Steinbach qui était une association d’activités sportives et folkloriques. L’embrigadement est obligatoire dans le III Reich depuis 1939, mais il faut attendre 1942 en Alsace, suite à une ordonnance du Gauleiter Wagner.

La Hitlerjugend avait aussi comme objectif de devenir un nouveau foyer. On inculquait aux jeunes une disciple stricte, le port de l’uniforme, ainsi que des exercices. Le mouvement devait prendre le pas sur l’individu. Chaque section avait son propre chef. Celui-ci apparaît dans le film amateur à 18 secondes, en effet c’est le seul qui n’est pas dans le rang. Celui-ci avait pour rôle d’être loyal et dévoué, et se devait d’avoir un comportement exemplaire et irréprochable. Il dirigeait les réunions des Hitlerjugend, et dans ces réunions, ils discutaient d’une nouvelle Allemagne et était ainsi inculquée l’idéologie nazie. Ainsi il leur était enseigné l’importance de préserver « la pureté du sang allemand » et la menace que représentait les juifs.

Appartenir aux jeunesses hitlériennes était également essentiel pour réussir à évoluer dans la société. Le passage au lycée dépendait également des garanties idéologiques données par l’élève à travers les appréciations que formulaient les Hitlerjugend. Il participait également à la nazification du territoire en faisant la chasse à l’ « immonde littérature », c’est-à-dire la littérature « juive » et « marxiste ».

II) L’exemple militaire

Les Hitlerjugend s’appuient sur l’exemple militaire afin de créer un nouveau « surhomme ». Ainsi les Hitlerjugend s’appuient sur les compétences masculines comme la virilité, le courage, l’endurance ou bien la force. Il était attendu de ses membres de la discipline, avoir de la confiance en soi et le service à la communauté nationale. Il était également raconté aux jeunes garçons des récits héroïques du passé allemand. Les jeunesses hitlériennes organisaient également des Geländspiele, des manœuvres. C’était des jeux de guerres qui comportaient discussion et tactiques. Les prouesses physiques étaient mises en avant. Les membres des Hitlerjugend se devaient d’avoir une bonne condition physique.

III) Défilé, un symbole.

Les défilés ont une importance symbolique très forte. Ce défilé se déroule dans une rue. Les défilés avaient un énorme rôle dans la propagande nazie, ils montraient comment « l’homme nouveau » n’était qu’un engrenage du parti, et que le parti était tout puissant. L’embrigadement devait permettre au parti de surveiller ses adhérents et de leur inculquer dès le plus jeune âge la propagande nazie. Les défilés devaient maintenir fermement la discipline à l’intérieur du peuple allemand. Malgré cela, le défilé dans la rue se passe plutôt dans l’indifférence. Il y a très peu de public, la circulation est toujours possible, en effet nous pouvons apercevoir un vélo passé à l’arrière.

Bibliography


FUCHS Julien, « La jeunesse alsacienne et la question régionale (1918-1939) », Histoire@Politique, vol. 4, no. 1, 2008, pp. 8-8.

GLOY Thomas, Im Dienst der Gemeinschaft : zur Ordnung der Moral in der Hitler-Jugend, Göttingen : Wallstein Verlag, 2018.

KREBS Gilbert, Le IIIe Reich et la jeunesse [In] : Les avatars du juvénilisme allemand 1896-1945, Paris : Presses Sorbonne Nouvelle, 2015 (généré le 02 janvier 2020). Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/psn/6176>.

LEPAGE Jean-Denis, Hitler Jugend : la jeunesse hitlérienne : 1922-1945, Paris, J. Grancher, 2004.

LUYTENS Daniel-Charles, Jeunesses hitlériennes, Bruxelles, Jourdan, 2014.

PINE Lisa, « Une jeunesse pour la guerre : la Hitlerjugend (1922-1945) », Le Mouvement Social, vol. 261, no. 4, 2017, pp. 81-92.

RIGOULOT Pierre, « Germanisation et nazification », L'Alsace-Lorraine pendant la guerre 1939-1945. Presses Universitaires de France, 1997, pp. 32-52.


Article written by

Jean-Baptiste Roos, 06 January 2020


  1. This film analysis is still in progress. It may therefore be incomplete and contain errors.