Difference between revisions of "Bas:Défilé du 14 juillet 1947 (0141FH0001)"

Line 1: Line 1:
 
{{FicheSequence
 
{{FicheSequence
 
|titreCree=Non
 
|titreCree=Non
|titre=Défilé du 14 juillet 1947
+
|titre=Défilé du 14 juillet 1946
 
|fonds=Bruckmann
 
|fonds=Bruckmann
 
|idSupport=0141FH0001
 
|idSupport=0141FH0001
Line 47: Line 47:
 
Plan 23 : Un homme est filmé entrain de marcher le long de cette façade puis on filme des civils et des militaires toujours devant cette façade.
 
Plan 23 : Un homme est filmé entrain de marcher le long de cette façade puis on filme des civils et des militaires toujours devant cette façade.
 
Plan 24 : Des hommes importants sont devant cette façade et des voitures noires avec drapeau s'arrêtent pour les embarquer.
 
Plan 24 : Des hommes importants sont devant cette façade et des voitures noires avec drapeau s'arrêtent pour les embarquer.
 +
|Contexte_et_analyse_fr=14 juillet 1946, fête nationale de la France, seulement la deuxième célébrée depuis la Libération de la France de l’Allemagne nazie. Il s’agit d’un défilé qui se place dans un contexte particulier puisqu’on a l’habitude de voir ce type de manifestation militaire à Paris, bien qu’il en existe ailleurs en province comme à Strasbourg. La France de 1946 est une France en reconstruction dans tous les domaines. Du gouvernement qui reprend la place du régime de Vichy ainsi que de l’occupant, de l’armée qui doit se reconstruire, mais aussi à la place de la France en tant que grande puissance aux côtés des Alliés, tout doit se refaire. Longtemps l’Alsace et sa capitale ont été une grande source de conflit entre l’Allemagne et le France. Annexée au XVIIe par Louis XIV, puis reprise en 1870 par le chancelier allemand Bismarck, cependant une nouvelle fois récupérée par la France à la suite de la Grande Guerre de 1914 – 1918, elle est encore une fois reprise par les Allemands menés par Hitler en 1940. Ce n’est qu’en 1944, avec la libération de Strasbourg le 22 novembre 1944 avec les troupes du Général Leclerc, que la ville redevient française. Ce défilé du 14 juillet à Strasbourg, fête nationale française qui laisse habituellement place à des parades militaires, se déroule selon toutes ces idées.
 +
 +
Une armée forte à travers le défilé
 +
 +
Il ne faut pas oublier que ce n’est pas le défilé de Paris qui a eu lieu en 1946 à Strasbourg. A Paris, mais cela vaut aussi pour Strasbourg, on parle d’une « nouvelle armée française » victorieuse et où le peuple de France « crie pour la première fois sa liberté ». Il s’agit, en France du premier défilé depuis l’occupation allemande. On y voit comme dans le film de Charles Bruckmann, des soldats français paradant fièrement, mais aussi les troupes coloniales. Là où le défilé de Strasbourg diverge, c’est lors de la parade de camions d’infanterie avec des canons remorqués, qui ne sont pas présents à Paris. Or à Paris, on voit des M4 Sherman (blindés américains) signe du retard technologique français sur les autres puissances militaires car la France ne produit pas ses propres blindés, elle est pour le moment garante des industries américaines. Cependant les soldats y sont et cela annonce le retour de la France dans le groupe très restreint des puissances militaires de l’après guerre et dans un nouvel ordre mondial.  Ce défilé, pourrait faire passer deux messages si l’on interprète le contexte de la France. Déjà, l’occupation allemande a complètement chamboulé l’armée française, qui s’est vue réduite à un nombre de soldats très réduits, voire à des milices. L’appellation de puissance militaire n’est qu’un reflet du passé de la France ; le pays, à cause de l’occupation, n’a pu mener aucun projet de modernisation officiel de son armée, tout l’effort était soit destiné à l’Allemagne nazie, soit simplement stoppé. Ainsi, la France est privée d’une armée moderne dans tous les domaines. Il y a un retard technologique et militaire que la France doit au plus vite combler puisque la guerre est vecteur de « progrès » en terme d’armement et d’organisation. Ce défilé est donc un message, qui pourrait être lancé au monde mais aussi aux Français ; la France est, et restera une puissance militaire. Enfin, ce défilé, à Strasbourg, sous-entend un contexte plus local et un message plus ciblé. Il montre que l’Alsace est, et sera, toujours française et que la France défendra son territoire par les armes s’il le faut, tout en montrant aux Alsaciens le visage de leurs libérateurs de la terreur nazie.
 +
 +
Le défilé du 14 juillet 1946 à Strasbourg, place de la République
 +
 +
La symbolisation de cette place est très forte dans le contexte franco-allemand. A l’origine cette place a été aménagé par le Reich allemand suite à l’annexion de l’Alsace par celui-ci en 1870. C’est en 1883, pour montrer l’attachement de la ville à l’empire, que les autorités bâtissent ce lieu avec un palais impérial encore existant et fonctionnel aujourd’hui. L’empereur avait pour coutume d’avoir des palais résidentiels pour lui et sa cours afin de symboliser sa présence à différents lieu de l’empire. Ce palais ainsi que la place montre la main mise de l’empereur sur Strasbourg dans un contexte plus large qu’est la « Neustadt » (nouvelle ville), nouveau quartier de Strasbourg érigé au même moment par le Reich. Conçue par Johann Carl Otto, la place nommée à l’époque « Kaiserplatz » (place impériale) s’achève en 1887. En 1919, après le retour de l’Alsace-Lorraine à la France, on nomme la place, qui n’avait donc aucun équivalent auparavant sous la France d’avant 1870, place de la République, pour montrer les valeurs françaises aux Alsaciens et aux Allemands. Cependant, en 1940, suite à la deuxième annexion allemande, la place devient la « Bismarckplatz ». On ne cherche pas à redonner le caractère impérial de cette place, puisque Hitler n’est pas un « Kaiser », sans pour autant faire table rase du passé. Le régime nazi célèbre les hommes forts qui ont contribué à la grandeur de l’Allemagne. Otto Bismarck en fait parti puisqu’il vaincu la France et unifié l’Allemagne, ce qui correspond tout à fait à la vision d’Hitler : vaincre la France et unifier, glorifier les peuples allemands, ce qu’il a fait en 1940. Le nom de « Bismarckplatz » rappelle ces aspects. Ce n’est qu’en 1945, au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale que la place retrouve son nom de « Place de la République ». Depuis sa création jusqu’à encore aujourd’hui, elle est l’endroit le plus adapté de la ville de Strasbourg pour manifester le pouvoir en place, que ce soit sous domination allemande que sous domination française. Il est donc normal d’y voir des défilés militaires les 14 juillet.
 +
|Documents_annexes=Parade du 14 juillet 1946 à Paris : https://www.ina.fr/video/AFE85001581/revue-militaire-et-defile-populaire-du-14-juillet-video.html (paris, 1946)
 +
 +
Exemple de parade du 14 juillet 2016 à Strasbourg : https://www.youtube.com/watch?v=JAU-ElJTJEo&t=1252s
 
}}
 
}}

Revision as of 19:40, 4 January 2021


 Warning[1]

Events filmed or related


Cérémonie du 14 juillet

Abstract


Défilé militaire du 14 juillet 1946 à Strasbourg, place de la République.

Description


Plan 1 : Des soldats en uniforme défilent en jouant d'instruments de musique. On note aussi un militaire devant le cinéaste amateur qui observe également la scène. Plan 2 : Des soldats en rang défilent avec des officiers devant eux. Plan 3 : Même scène mais l'attention est portée sur les hommes du rang. Plan 4 : Un autre groupe de soldats selon la même configuration arrive. Plan 5 : (filmé par derrière) 5 soldats défilent avec des drapeaux. Plan 6 : Des soldats avec des képis mais sans armes défilent. Plan 7 : Les troupes coloniales défilent. Plan 8 : Un groupe de soldats défilent suivis par des hommes en rang. Plan 9 : Des chevaux montés défilent avec à leur tête un cheval blanc. Plan 10 : (filmé de derrière) Sûrement les mêmes chevaux. Plan 11 : Encore des chevaux. Plan 12 : Deux voitures militaires ( ressemblant à des "jeeps") arrivent avec pour les deux la disposition suivante : un homme debout place passager et un conducteur. Plan 13 : Encore des voitures militaires mais aussi des camions militaires. Plan 14 : Ces camions transportent des soldats et tractent des canons. Plan 15 : Même plan que le 14 mais il y a d'autres voitures avec un homme debout place passager entre les camions. Plan 16 : (filmé de derrière) Les camions aperçus auparavant Plan 17 : Encore ces voitures militaires avec des camions. Plan 18 : Gros plan sur les camions avec à leur bord moins d'hommes que dans les premiers. Plan 19 : (filmé de derrière puis balayage vers la gauche pour filmer de devant) Des camions plus légers arrivent avec peu d'hommes à leur bord tractant des canons plus gros que ceux aperçus auparavant. Plan 20 : (filmé de derrière) Les camions vus auparavant. Plan 21 : (la scène se passe à un autre endroit) Des voitures noires avec drapeaux s'avancent au milieu d'hommes en uniforme. Plan 22 : La façade d'un bâtiment de la place est filmé. Plan 23 : Un homme est filmé entrain de marcher le long de cette façade puis on filme des civils et des militaires toujours devant cette façade. Plan 24 : Des hommes importants sont devant cette façade et des voitures noires avec drapeau s'arrêtent pour les embarquer.

Metadata

Reference / film number :  0141FH0001
Date :  14 July 1947
Coloration :  Black and white
Sound :  Mute
Running time :  00:02:05
Film-maker :  Bruckmann, Charles
Reel format :  8 mm
Genre :  Amateur movie
Thematics :  Second World War : ceremonies – commemorations - remembrance places
Archive :  MIRA

Context and analysis


14 juillet 1946, fête nationale de la France, seulement la deuxième célébrée depuis la Libération de la France de l’Allemagne nazie. Il s’agit d’un défilé qui se place dans un contexte particulier puisqu’on a l’habitude de voir ce type de manifestation militaire à Paris, bien qu’il en existe ailleurs en province comme à Strasbourg. La France de 1946 est une France en reconstruction dans tous les domaines. Du gouvernement qui reprend la place du régime de Vichy ainsi que de l’occupant, de l’armée qui doit se reconstruire, mais aussi à la place de la France en tant que grande puissance aux côtés des Alliés, tout doit se refaire. Longtemps l’Alsace et sa capitale ont été une grande source de conflit entre l’Allemagne et le France. Annexée au XVIIe par Louis XIV, puis reprise en 1870 par le chancelier allemand Bismarck, cependant une nouvelle fois récupérée par la France à la suite de la Grande Guerre de 1914 – 1918, elle est encore une fois reprise par les Allemands menés par Hitler en 1940. Ce n’est qu’en 1944, avec la libération de Strasbourg le 22 novembre 1944 avec les troupes du Général Leclerc, que la ville redevient française. Ce défilé du 14 juillet à Strasbourg, fête nationale française qui laisse habituellement place à des parades militaires, se déroule selon toutes ces idées.

Une armée forte à travers le défilé

Il ne faut pas oublier que ce n’est pas le défilé de Paris qui a eu lieu en 1946 à Strasbourg. A Paris, mais cela vaut aussi pour Strasbourg, on parle d’une « nouvelle armée française » victorieuse et où le peuple de France « crie pour la première fois sa liberté ». Il s’agit, en France du premier défilé depuis l’occupation allemande. On y voit comme dans le film de Charles Bruckmann, des soldats français paradant fièrement, mais aussi les troupes coloniales. Là où le défilé de Strasbourg diverge, c’est lors de la parade de camions d’infanterie avec des canons remorqués, qui ne sont pas présents à Paris. Or à Paris, on voit des M4 Sherman (blindés américains) signe du retard technologique français sur les autres puissances militaires car la France ne produit pas ses propres blindés, elle est pour le moment garante des industries américaines. Cependant les soldats y sont et cela annonce le retour de la France dans le groupe très restreint des puissances militaires de l’après guerre et dans un nouvel ordre mondial. Ce défilé, pourrait faire passer deux messages si l’on interprète le contexte de la France. Déjà, l’occupation allemande a complètement chamboulé l’armée française, qui s’est vue réduite à un nombre de soldats très réduits, voire à des milices. L’appellation de puissance militaire n’est qu’un reflet du passé de la France ; le pays, à cause de l’occupation, n’a pu mener aucun projet de modernisation officiel de son armée, tout l’effort était soit destiné à l’Allemagne nazie, soit simplement stoppé. Ainsi, la France est privée d’une armée moderne dans tous les domaines. Il y a un retard technologique et militaire que la France doit au plus vite combler puisque la guerre est vecteur de « progrès » en terme d’armement et d’organisation. Ce défilé est donc un message, qui pourrait être lancé au monde mais aussi aux Français ; la France est, et restera une puissance militaire. Enfin, ce défilé, à Strasbourg, sous-entend un contexte plus local et un message plus ciblé. Il montre que l’Alsace est, et sera, toujours française et que la France défendra son territoire par les armes s’il le faut, tout en montrant aux Alsaciens le visage de leurs libérateurs de la terreur nazie.

Le défilé du 14 juillet 1946 à Strasbourg, place de la République

La symbolisation de cette place est très forte dans le contexte franco-allemand. A l’origine cette place a été aménagé par le Reich allemand suite à l’annexion de l’Alsace par celui-ci en 1870. C’est en 1883, pour montrer l’attachement de la ville à l’empire, que les autorités bâtissent ce lieu avec un palais impérial encore existant et fonctionnel aujourd’hui. L’empereur avait pour coutume d’avoir des palais résidentiels pour lui et sa cours afin de symboliser sa présence à différents lieu de l’empire. Ce palais ainsi que la place montre la main mise de l’empereur sur Strasbourg dans un contexte plus large qu’est la « Neustadt » (nouvelle ville), nouveau quartier de Strasbourg érigé au même moment par le Reich. Conçue par Johann Carl Otto, la place nommée à l’époque « Kaiserplatz » (place impériale) s’achève en 1887. En 1919, après le retour de l’Alsace-Lorraine à la France, on nomme la place, qui n’avait donc aucun équivalent auparavant sous la France d’avant 1870, place de la République, pour montrer les valeurs françaises aux Alsaciens et aux Allemands. Cependant, en 1940, suite à la deuxième annexion allemande, la place devient la « Bismarckplatz ». On ne cherche pas à redonner le caractère impérial de cette place, puisque Hitler n’est pas un « Kaiser », sans pour autant faire table rase du passé. Le régime nazi célèbre les hommes forts qui ont contribué à la grandeur de l’Allemagne. Otto Bismarck en fait parti puisqu’il vaincu la France et unifié l’Allemagne, ce qui correspond tout à fait à la vision d’Hitler : vaincre la France et unifier, glorifier les peuples allemands, ce qu’il a fait en 1940. Le nom de « Bismarckplatz » rappelle ces aspects. Ce n’est qu’en 1945, au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale que la place retrouve son nom de « Place de la République ». Depuis sa création jusqu’à encore aujourd’hui, elle est l’endroit le plus adapté de la ville de Strasbourg pour manifester le pouvoir en place, que ce soit sous domination allemande que sous domination française. Il est donc normal d’y voir des défilés militaires les 14 juillet.

Places and monuments


Strasbourg

Supporting documents


Parade du 14 juillet 1946 à Paris : https://www.ina.fr/video/AFE85001581/revue-militaire-et-defile-populaire-du-14-juillet-video.html (paris, 1946)

Exemple de parade du 14 juillet 2016 à Strasbourg : https://www.youtube.com/watch?v=JAU-ElJTJEo&t=1252s



  1. This film analysis is still in progress. It may therefore be incomplete and contain errors.