...

Revision as of 19:13, 12 January 2020 by Arnaud Issler (talk | contribs)


La fête l'Ami Fritz à Obernai[1]
Warning[2]

Abstract


Fête de l’Ami Fritz à Obernai dans les années 1960 : déroulement du mariage de Fritz et de Sûzel reconstitué selon les traditions alsaciennes au début du XIXe siècle et plan sur la foule.


Metadata

Reference / film number :  0113FI0005
Date :  1967
Coloration :  Color
Sound :  Mute
Running time :  00:04:44
Film-maker :  Lehmann, Robert
Reel format :  Super 8 mm
Genre :  Amateur movie
Thematics :  Identity, Traditions, Local festivals
Archive :  MIRA

Context and analysis


L'Ami Fritz à Obernai

Dans les années 1960, la ville d’Obernai a organisé cette fête folklorique à trois ou quatre reprises sous l’impulsion du maire M. Gillmann. En 1973, c’est Marlenheim qui décide de reprendre le flambeau en organisant les festivités dans son enceinte mais le mariage a pu être reconstitué dans d'autres villes comme Hunawihr. L’extrait ici a été filmé vers 1967 à Obernai lorsque l’évènement y avait encore lieu. Il est issu du fond Lehmann connu pour ses films sur la vie populaire et festive alsacienne. Grâce aux différentes positions du cinéaste nous pouvons aisément reconnaitre les lieux et monuments principaux de la ville: le beffroi, la mairie, l'hôtel "La Diligence". Dans la majorité des plans, la caméra se positionne en hauteur à l’étage d’un bâtiment rue du Général Gouraud. De là, la caméra parcourt tout l’évènement. Certains plans sont néanmoins filmés directement sur la place, à hauteur d’hommes ce qui permet de voir les orchestres, les acteurs et la foule. Cette foule n'est pas là sans raison: on reconstitue le célèbre mariage de l'Ami Fritz et son épouse Sûzel en suivant les traditions alsaciennes de l'époque.

Affiche pour la pièce de théâtre représentée au Théâtre Français de Paris

L’Ami Fritz est une pièce de théâtre publiée en 1864 par le duo alsacien Erckmann-Chatrian. Elle y raconte l’histoire de Fritz Korbus un bavarois paisible se reposant sur l’héritage de son père. Il vit dans l'oisiveté et l'opulence pendant près de quinze ans. L’idée du mariage ne l’attire pas malgré les présentations de veuves faites par le rabbin David. C’est lors d’un diner entre amis organisé par Fritz qu'il rencontre rencontre Sûzel, une jeune femme issue d’une famille anabaptiste de Meisenthal. De cette rencontre découle un mariage mettant fin à la pièce. Cette union est célébrée lors de la fête qui a lieu à Obernai en reconstituant le mariage de Fritz Kobus et de Sûzel selon les coutumes du début du XIXe siècle. Dans ce film on voit parfaitement la mise en place de la table où sera signé le contrat de mariage. Les deux amants, joués par des acteurs locaux, arrivent ainsi que les témoins et les convives. La signature du contrat de mariage se fait sur la scène, à la vue de tous, comme l'apogée de l'évènement. Le public nombreux montre bel et bien l'attrait des populations locales et des touristes pour les fêtes folkloriques alsaciennes. Elles sont une partie de l'identité régionale et transmettent des traditions singulières, propres à la région.

Un tableau du folklore alsacien

Le mariage de l'Ami Fritz est une fête folklorique alsacienne et rassemble un certain nombre de traditions régionales comme les costumes et la nourriture. Si cette dernière n'est pas visible dans le film, la place donnée aux parures et aux déguisements n'est pas négligeable dans cette reconstitution. On peut apercevoir des costumes classiques de la première moitié du XIXe siècle mais également des costumes folkloriques traditionnels alsaciens. L'Alsace détient comme toutes les régions de France, son lot de traditions et d'habillements qui lui sont propres. La grande coiffe à noeud que l'on peut voir est devenue emblématique pour la région. Si elle n'a été portée dans que dans une petite partie de l'Alsace, et notamment le Kochersberg, le dessinateur Hansi a participé à sa popularisation. Avec elle, le costume traditionnel masculin est également devenu emblématique de la région: veste noire, dessous de veste rouge avec boutons dorés et grand chapeau noir. Limiter le costume traditionnel alsacien à cela serait oublier une grande partie du folklore. Dans la province, chaque région ou village détenait son costume et ses traditions. Il en existe donc une multitude. A la fête de l'Ami Fritz d'Obernai, on peut distinguer les chapeaux en fourrure de martre ou de putois que portaient les jeunes hommes du Nord de l'Alsace. Certains costumes ne se portent que lors des mariages et certains d'entre eux sont visibles ici. Les jeunes femmes non-mariées se coiffent d'un ruban rouge qui devient noir lorsqu'elles se marient. Ce costume est visible dans le film et porté par des jeunes filles. La mariée porte également un costume singulier qui la distingue des autres femmes présentes et habillées. La couronne de fleur est le symbole de la mariée alsacienne. Symbole de virginité, il est souvent accompagné de rubans offerts par les demoiselles d'honneur. Comme on peut le voir, les nattes sont inévitables pour la mariée alsacienne. A côté des costumes, le théâtre est un élément fondamental du paysage folklorique alsacien. Il suscite un certain attrait pour les populations locales et dialectophones. La pièce de "L'Ami Fritz" fait partie de ces pièces écrites pour être jouée sur des scènes populaires et grand public.

Ce film et le fond Lehmann dans sa globalité, montrent l'importance des fêtes populaires durant les Trente Glorieuses. L'essor de la classe moyenne et la multiplication des associations sont les grands critères permettant la mise en place de festivités de cette envergure. En filmant, le réalisateur donne de l'intérêt et cela révèle bien l'importance de ces rassemblements. Dans le cas du folklore, c'est l'identité alsacienne qui est en jeu ainsi que l'esprit de communauté. La mixité est également présente au regard du public présent. Personnes âgées et jeunes enfants se côtoient pour un même évènement.

Bibliography


CHATRIAN Alexandre ERCKMANN Emile, L’Ami Fritz, Editions Serpenoise, 2004 LAUGEL Anselme, Costumes et coutumes d'Alsace, Place Stanislas, 2008


Article written by

Arnaud Issler, 05 January 2020


  1. As part of an amateur production, this sequence did not receive a title from its director. The title displayed on this sheet has been freely created by its author in order to best reflect its content.
  2. This film analysis is still in progress. It may therefore be incomplete and contain errors.