Difference between revisions of "Bas:Ruines de guerre (0011FS0018)"

Line 49: Line 49:
  
 
Filmer une casemate témoigne également d’un phénomène s’étant développé depuis les années 1930, celui du tourisme des ruines, et plus spécifiquement du tourisme des ruines de guerre. Sans aller jusqu’à parler de fascination morbide, la contemplation des ruines de guerre fascine étant donné son caractère mémoriel (qui évoluera en concordance avec les demandes mémorielles des générations postérieures) mais surtout par son aspect concret. La ruine d’aujourd’hui est un vestige irréfutable d’un évènement du passé, et c’est d’autant plus vrai pour notre filmeur qui tourne (dans la même optique que certains photographes pour la première guerre mondiale) quelques mois peut-être après la fin de la guerre, guerre ayant conduit à la destruction de cette casemate et donc à la production de la ruine (0 :00 ; 0 :51). Les ruines de guerre appartiennent au patrimoine historique, dans ce sens elles sont mises en valeur dans des cadres pédagogiques et touristiques, et ce depuis les années 1970. Certaine d’entre elles sont ainsi devenus des lieux de commémorations (comme c’est le cas pour certaines casemates portant des plaques commémoratives présentes dans le secteur de Saint-Louis par exemple).<br>
 
Filmer une casemate témoigne également d’un phénomène s’étant développé depuis les années 1930, celui du tourisme des ruines, et plus spécifiquement du tourisme des ruines de guerre. Sans aller jusqu’à parler de fascination morbide, la contemplation des ruines de guerre fascine étant donné son caractère mémoriel (qui évoluera en concordance avec les demandes mémorielles des générations postérieures) mais surtout par son aspect concret. La ruine d’aujourd’hui est un vestige irréfutable d’un évènement du passé, et c’est d’autant plus vrai pour notre filmeur qui tourne (dans la même optique que certains photographes pour la première guerre mondiale) quelques mois peut-être après la fin de la guerre, guerre ayant conduit à la destruction de cette casemate et donc à la production de la ruine (0 :00 ; 0 :51). Les ruines de guerre appartiennent au patrimoine historique, dans ce sens elles sont mises en valeur dans des cadres pédagogiques et touristiques, et ce depuis les années 1970. Certaine d’entre elles sont ainsi devenus des lieux de commémorations (comme c’est le cas pour certaines casemates portant des plaques commémoratives présentes dans le secteur de Saint-Louis par exemple).<br>
 +
 
Le filmeur dresse également un panorama du paysage urbain (plusieurs maisons, vraisemblablement une usine et quelques bâtiments non identifiables) et rural (ferme, champs, et arbres) dévasté. Une légère contre-plongée réalisée intuitivement guide le regard du spectateur vers les toitures détruites par les bombardements. Même si dans certains cas les murs sont restés intactes, la charpente des toits mise à nue témoigne des assauts aériens sur des bâtiments civils (les frais de reconstruction du patrimoine immobilier ont été évalués à 140 milliards de francs en 1948). Quelques plans sur les ruines d’une usine presque entièrement rasée (3 :04 ; 3 :22) témoignent de l’acharnement des bombardements effectués et de la volonté de couper la production ennemie. Ces bombardements ont eu des répercussions sur l’industrie et ''a fortiori'' sur l’économie déjà affaiblie par les pillages. À cela s’ajoutaient des spoliations par la réquisition de machines et de marchandises ainsi que par la souscription à des bons du Trésor allemand imposées. Une grande partie de l’équipement militaire et agricole avait été rendu inutilisable et nombres de terres agricoles sont restées en friches (3 :10 ; 3 :13) pendant des années là où les combats ont été les plus intenses. Ici, la caméra dresse un bilan matériel mais aussi économique de l’état d’une partie de l’Alsace restée exsangue après cinq années d’annexion.<br>
 
Le filmeur dresse également un panorama du paysage urbain (plusieurs maisons, vraisemblablement une usine et quelques bâtiments non identifiables) et rural (ferme, champs, et arbres) dévasté. Une légère contre-plongée réalisée intuitivement guide le regard du spectateur vers les toitures détruites par les bombardements. Même si dans certains cas les murs sont restés intactes, la charpente des toits mise à nue témoigne des assauts aériens sur des bâtiments civils (les frais de reconstruction du patrimoine immobilier ont été évalués à 140 milliards de francs en 1948). Quelques plans sur les ruines d’une usine presque entièrement rasée (3 :04 ; 3 :22) témoignent de l’acharnement des bombardements effectués et de la volonté de couper la production ennemie. Ces bombardements ont eu des répercussions sur l’industrie et ''a fortiori'' sur l’économie déjà affaiblie par les pillages. À cela s’ajoutaient des spoliations par la réquisition de machines et de marchandises ainsi que par la souscription à des bons du Trésor allemand imposées. Une grande partie de l’équipement militaire et agricole avait été rendu inutilisable et nombres de terres agricoles sont restées en friches (3 :10 ; 3 :13) pendant des années là où les combats ont été les plus intenses. Ici, la caméra dresse un bilan matériel mais aussi économique de l’état d’une partie de l’Alsace restée exsangue après cinq années d’annexion.<br>
 
[[Fichier:Strasbourg-13_quai_Kléber-Entr'aide_française-1946.jpg|vignette|droite|Maquette d'affiche de la délégation du Bas-Rhin (1946).]]
 
[[Fichier:Strasbourg-13_quai_Kléber-Entr'aide_française-1946.jpg|vignette|droite|Maquette d'affiche de la délégation du Bas-Rhin (1946).]]

Revision as of 15:33, 27 April 2021


[1] Warning[2]

Abstract


Résumé

Caméra à la main, un filmeur anonyme déambule parmi les décombres d’un des territoires les plus touchés par les destructions causées par la guerre, celui du Nord de l’Alsace (vraisemblablement dans les alentours de Lauterbourg). Passants, ruines et paysages détruits sont les objets d’attention d’un amateur désirant conserver sur pellicule ces visions de destruction, dressant involontairement un bilan des dégâts causés par la guerre.

Description


Description

0 :00 ; 0 :51
Plans successifs se rapprochant peu à peu d’une casemate détruite. Un homme faisant dos à la caméra observe les décombres (0 :31).
0 :52 ; 0 :00
Succession de plan montrant des bâtiments en ruines, d’abord une ferme (0 :52 ; 0 :58), puis une rue avec des maisons à colombages dont la charpente est à nu (0 :59 ; 1 :29).
1 :30 ; 2 :15
Des hommes déblayent les débris autours des ruines à l’aide de chariots et des wagonnets.
2 :16 ; 2 :21
Un gros plan met en avant une affiche circulaire de l « Entr’aide française » placée devant un bâtiment en ruine. Puis un second plan montre l’avant d’un camion portant la même affiche « Entr’aide française » que sur le plan précèdent, le conducteur semble observer la caméra un cours instant.
2 :22 ; 2 :57
Une autre succession de plans rapides sur des ruines.
2 :58 ; 3 :08
Gros plan balayant un Christ en croix de haut en bas, les jambes de ce dernier, brisées, ont été placées sur le socle de la croix.
3 :09 ; 4 :00
Plusieurs plans suivent des passants déambulant dans les décombres, deux femmes sourient à la caméra tandis qu’une autre portant une coiffe traditionnelle alsacienne, se penche depuis une fenêtre pour observer les alentours.

Metadata

Reference / film number :  0011FS0018
Date :  1945
Coloration :  Black and white
Sound :  Mute
Timecode :  00:02:27
Running time :  00:00:00
Reel format :  16 mm
Genre :  Amateur movie
Archive :  MIRA

Context and analysis


La libération du territoire alsacien s’étalant de novembre 1944 jusqu’en mars 1945 a provoqué de terribles destructions, les deux départements font partis des cinq plus sinistrés de France. Le bilan humain et matériel est lourd : près de 50 000 victimes (environ 5% de la population alsacienne de 1939) ont été recensées, plus de 400 usines et environ 8% du patrimoine immobilier résidentiel ont été détruits. Dans ce contexte spécifique rude et difficile, une volonté de figer sur pellicules les ruines de guerre a conduit ce filmeur à immortaliser un paysage dévasté.

Un bilan d’une libération difficile

Dans la Ligne Maginot, SOULAS Louis-Joseph (1905 - 1954) , Paris - Musée de l'Armée, Dist. RMN-Grand Palais.

Une première succession de plans rapproche le spectateur des restes d’une casemate, d’un abri fortifié et armé, constituant un point défensif de la Ligne Maginot. La casemate filmée est vraisemblablement une casemate d’intervalle construite sous la direction de la CORF (Commission d'Organisation des Régions Fortifiées, l’acronyme désigne également le type de fortification). Ce type de casemate peut être identifié à la date (1931) présente sur la plaque située au-dessus de l’une des entrées (0 :46), de plus, il est grandement présent dans la Région Fortifiée de la Lauter (RFL) où tourne sûrement le filmeur. Ce dernier se permet d’approcher la caméra au plus près de la dalle de béton protectrice partiellement détruite, filmant ainsi sous plusieurs angles les ruines, et laissant donc rapidement apercevoir l’intérieur de la fortification. Cette casemate étant en territoire occupé, elle était devenue un frein à la libération du territoire alsacien par l’armée américaine, soutenue par des renforts français envoyés par de Gaulle (afin d’enrayer l’opération Nordwind, une opération de contre-attaque de l’armée allemande). Filmer une casemate n’est pas un acte anodin. Il s’agit d’un lieu concret et marquant d’un conflit ayant vu les technologies de fortifications militaires se développer, mais pour le cas d’une casemate comprise dans la Ligne Maginot, il s’agit également de rappeler avec amertume l’échec qu’était le projet au début de la guerre.

Façade de la casemate 35-3 située à Marckolsheim aménagée en Musée Mémorial de la ligne Maginot du Rhin.

Filmer une casemate témoigne également d’un phénomène s’étant développé depuis les années 1930, celui du tourisme des ruines, et plus spécifiquement du tourisme des ruines de guerre. Sans aller jusqu’à parler de fascination morbide, la contemplation des ruines de guerre fascine étant donné son caractère mémoriel (qui évoluera en concordance avec les demandes mémorielles des générations postérieures) mais surtout par son aspect concret. La ruine d’aujourd’hui est un vestige irréfutable d’un évènement du passé, et c’est d’autant plus vrai pour notre filmeur qui tourne (dans la même optique que certains photographes pour la première guerre mondiale) quelques mois peut-être après la fin de la guerre, guerre ayant conduit à la destruction de cette casemate et donc à la production de la ruine (0 :00 ; 0 :51). Les ruines de guerre appartiennent au patrimoine historique, dans ce sens elles sont mises en valeur dans des cadres pédagogiques et touristiques, et ce depuis les années 1970. Certaine d’entre elles sont ainsi devenus des lieux de commémorations (comme c’est le cas pour certaines casemates portant des plaques commémoratives présentes dans le secteur de Saint-Louis par exemple).

Le filmeur dresse également un panorama du paysage urbain (plusieurs maisons, vraisemblablement une usine et quelques bâtiments non identifiables) et rural (ferme, champs, et arbres) dévasté. Une légère contre-plongée réalisée intuitivement guide le regard du spectateur vers les toitures détruites par les bombardements. Même si dans certains cas les murs sont restés intactes, la charpente des toits mise à nue témoigne des assauts aériens sur des bâtiments civils (les frais de reconstruction du patrimoine immobilier ont été évalués à 140 milliards de francs en 1948). Quelques plans sur les ruines d’une usine presque entièrement rasée (3 :04 ; 3 :22) témoignent de l’acharnement des bombardements effectués et de la volonté de couper la production ennemie. Ces bombardements ont eu des répercussions sur l’industrie et a fortiori sur l’économie déjà affaiblie par les pillages. À cela s’ajoutaient des spoliations par la réquisition de machines et de marchandises ainsi que par la souscription à des bons du Trésor allemand imposées. Une grande partie de l’équipement militaire et agricole avait été rendu inutilisable et nombres de terres agricoles sont restées en friches (3 :10 ; 3 :13) pendant des années là où les combats ont été les plus intenses. Ici, la caméra dresse un bilan matériel mais aussi économique de l’état d’une partie de l’Alsace restée exsangue après cinq années d’annexion.

Maquette d'affiche de la délégation du Bas-Rhin (1946).
Entre les ruines de guerres, plusieurs travailleurs ont déjà commencé à déblayer les débris et à dégager la voirie. Ces quelques plans où la caméra s’arrête sur ces derniers cristallisent le commencement des travaux de reconstruction, s’organisant peu à peu, d’abord autour des axes de communication (1 :57 ; 2 :06). Cette reconstruction est également une reconstruction sociale, dans ce contexte d’épuration légale ou sauvage, et commence par des aides officielles telle que l’Entraide française (2 :16 ; 2 :21), présidée par Justin Godart (1871-1956) de 1945 à 1947. L’Entraide française était un organisme de solidarité succédant au Secours National après la guerre, qui comprenait des services centraux et départementaux. Il sollicitait la Chambre syndicale de la couture parisienne qui organise Le Théâtre de la Mode et lui reverse tous les bénéfices de ce spectacle. Il avait pour but de venir en aide aux plus sinistrés par la guerre, et cela grâce à de la distribution de vivres. Cette solidarité se concrétisait à travers des camions de vivres se déplaçant jusqu’au points les plus touchés par la guerre (2 :19 ; 2 :21).

Bibliography


BRODIEZ-DOLINO (Axelle), « Entraide française, structure de transition », dans Combattre la pauvreté : Vulnérabilité sociales et sanitaires de 1880 à nos jours, Paris : CNRS Éditions, 2013.

Jean-Marie GUILLON, « LIBÉRATION, France (1944-1946) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 avril 2021. URL : http://www.universalis-edu.com.acces-distant.bnu.fr/encyclopedie/liberation-france/

HAU (Michel), VOGLER (Bernard), Histoire économique de l’Alsace, Croissance, crises, innovations : vingt siècles de développement régional, Strasbourg : La Nuée Bleue, pp. 300-305.

MICHONNEAU (Stéphane), « De la ruine-mémorial à la ruine-trace », dans Le Débat, nᵒ 198, 2018, p.162-170.

RIEDWEG (Eugène), La Libération de l’Alsace, Septembre 1944-Mars 1945, Paris : Tallandier, 2014.

SCOTT (Diane), « Nos ruines », dans Vacarme, nᵒ 60, 2012, p. 164-198.

SIRINELLI (Jean-François) (dir.), La France de 1914 à nos jours, Chapitre 5 « La France dans la seconde guerre mondiale (1939-1945) », Paris : PUF, pp. 165-220.

VOGLER (Bernard), Histoire de l’Alsace, Rennes ; Éditions Ouest-France, pp. 51-56.

https://wikimaginot.eu/V70_glossaire_detail.php?id=100051


Article written by

Thomas Parisot, 18 April 2021


  1. As part of an amateur production, this sequence did not receive a title from its director. The title displayed on this sheet has been freely created by its author in order to best reflect its content.
  2. This film analysis is still in progress. It may therefore be incomplete and contain errors.