Difference between revisions of "Fête du sucre à Erstein (0113FI0005)"

m (Enregistré en utilisant le bouton "Sauvegarder et continuer" du formulaire)
m (Enregistré en utilisant le bouton "Sauvegarder et continuer" du formulaire)
Line 25: Line 25:
 
|Contexte_et_analyse_fr=== Texte du titre ==
 
|Contexte_et_analyse_fr=== Texte du titre ==
 
== Le sucre à Erstein ==
 
== Le sucre à Erstein ==
Si la fête du sucre a lieu à Erstein c’est que celui-ci lui est profondément lié. De fait, il existe dans cette petite ville de campagne une importante activité industrielle autour de la betterave sucrière au point de devenir une véritable capitale du sucre alsacien. Au XIXe siècle les sucreries sont en plein essor et plusieurs naissent un peu partout en Alsace. Celle d’Erstein n’est fondée qu’en 1893 et bénéficie des innovations de la révolution industrielle, de la croissance économique et d’une loi fiscale allemande favorisant la création de sucrerie. L’entreprise est aux mains d’hommes de finance allemands et connait un véritable élan dix ans à peine après sa fondation. En 1920, l’entreprise est rachetée par des actionnaires belges décidés à lui donner un nouveau départ. Le rattachement à la France permet à l’usine de s’étendre dans le reste de la France mais les productions agricoles deviennent vite excédentaires et les produits alsaciens peinent à se placer. Malgré cela l’usine s’agrandit progressivement à mesure que les années défilent. Les betteraves sont amenées par bateaux, qui ont vogué sur le canal du Rhône au Rhin, ou par tramway, certains viennent même d’Alsace du Nord. Les chevaux sont également sollicités pour transporter les betteraves produites à proximité de l’usine. Des années 1920 à 1930 la modernisation se poursuit à vive allure et l'industrie se voit doter des technologies dernier cri. C'est en 1939 que l'essor s'interrompt avec l'entrée en guerre. Dès 1940, la sucrerie se voit sinistrée par les bombardements et les conflits armées, cinq bâtiments seront démolis. A la fin de la guerre l'usine est un monceau de ruine et les archives administratives ont totalement disparues si bien qu'il est difficile de
+
Si la fête du sucre a lieu à Erstein c’est que celui-ci lui est profondément lié. De fait, il existe dans cette petite ville de campagne une importante activité industrielle autour de la betterave sucrière au point de devenir une véritable capitale du sucre alsacien. Au XIXe siècle les sucreries sont en plein essor et plusieurs naissent un peu partout en Alsace. Celle d’Erstein n’est fondée qu’en 1893 et bénéficie des innovations de la révolution industrielle, de la croissance économique et d’une loi fiscale allemande favorisant la création de sucrerie. L’entreprise est aux mains d’hommes de finance allemands et connait un véritable élan dix ans à peine après sa fondation. En 1920, l’entreprise est rachetée par des actionnaires belges décidés à lui donner un nouveau départ. Le rattachement à la France permet à l’usine de s’étendre dans le reste de la France mais les productions agricoles deviennent vite excédentaires et les produits alsaciens peinent à se placer. Malgré cela l’usine s’agrandit progressivement à mesure que les années défilent. Les betteraves sont amenées par bateaux, qui ont vogué sur le canal du Rhône au Rhin, ou par tramway, certains viennent même d’Alsace du Nord. Les chevaux sont également sollicités pour transporter les betteraves produites à proximité de l’usine. Des années 1920 à 1930 la modernisation se poursuit à vive allure et l'industrie se voit doter des technologies dernier cri. C'est en 1939 que l'essor s'interrompt avec l'entrée en guerre. Dès 1940, la sucrerie se voit sinistrée par les bombardements et les conflits armées, cinq bâtiments seront démolis. A la fin de la guerre l'usine est un monceau de ruine et les archives administratives ont totalement disparues si bien qu'il est difficile de savoir comment l'usine a fonctionné pendant la guerre. En 1946, le président Charles Grégoire, qui dirige depuis 1921, refait tourner l'usine en ruine avec des ouvriers non formés et des champs à betteraves retournés. Il meurt en 1951 et suit une longue liste de présidents et présidentes qui se succéderont. Pendant ce temps, la sucrerie Erstein poursuit sa modernisation, augmentant nettement sa productivité et par conséquent, diminuant ses effectifs. En 1983, les belges qui étaient toujours actionnaires majoritaires vendent leurs parts à une filiale du géant Saint-Louis. Une nouvelle équipe qui va considérablement moderniser le dispositif de l'usine en rénovant l'ensemble des bâtiments et en instaurant les raffineries de sucre roux. De 1987 à 2000 la sucrerie a consacré près de 500 milions de francs à la modernisation. Elle travaille actuellement environs 6000 tonnes de betteraves par jour.
 
}}
 
}}

Revision as of 15:31, 6 January 2020


Warning[1]

Abstract


Défilé de la fête du sucre à Erstein vers 1965 avec chars, majorettes et orchestre symphonique.

Metadata

Reference / film number :  0113FI0005
Date :  1967
Coloration :  Color
Sound :  Mute
Timecode :  00:00:01
Running time :  00:00:00
Film-maker :  Lehmann, Robert
Reel format :  Super 8 mm
Genre :  Amateur movie
Thematics :  Local festivals
Archive :  MIRA

Context and analysis


Texte du titre

Le sucre à Erstein

Si la fête du sucre a lieu à Erstein c’est que celui-ci lui est profondément lié. De fait, il existe dans cette petite ville de campagne une importante activité industrielle autour de la betterave sucrière au point de devenir une véritable capitale du sucre alsacien. Au XIXe siècle les sucreries sont en plein essor et plusieurs naissent un peu partout en Alsace. Celle d’Erstein n’est fondée qu’en 1893 et bénéficie des innovations de la révolution industrielle, de la croissance économique et d’une loi fiscale allemande favorisant la création de sucrerie. L’entreprise est aux mains d’hommes de finance allemands et connait un véritable élan dix ans à peine après sa fondation. En 1920, l’entreprise est rachetée par des actionnaires belges décidés à lui donner un nouveau départ. Le rattachement à la France permet à l’usine de s’étendre dans le reste de la France mais les productions agricoles deviennent vite excédentaires et les produits alsaciens peinent à se placer. Malgré cela l’usine s’agrandit progressivement à mesure que les années défilent. Les betteraves sont amenées par bateaux, qui ont vogué sur le canal du Rhône au Rhin, ou par tramway, certains viennent même d’Alsace du Nord. Les chevaux sont également sollicités pour transporter les betteraves produites à proximité de l’usine. Des années 1920 à 1930 la modernisation se poursuit à vive allure et l'industrie se voit doter des technologies dernier cri. C'est en 1939 que l'essor s'interrompt avec l'entrée en guerre. Dès 1940, la sucrerie se voit sinistrée par les bombardements et les conflits armées, cinq bâtiments seront démolis. A la fin de la guerre l'usine est un monceau de ruine et les archives administratives ont totalement disparues si bien qu'il est difficile de savoir comment l'usine a fonctionné pendant la guerre. En 1946, le président Charles Grégoire, qui dirige depuis 1921, refait tourner l'usine en ruine avec des ouvriers non formés et des champs à betteraves retournés. Il meurt en 1951 et suit une longue liste de présidents et présidentes qui se succéderont. Pendant ce temps, la sucrerie Erstein poursuit sa modernisation, augmentant nettement sa productivité et par conséquent, diminuant ses effectifs. En 1983, les belges qui étaient toujours actionnaires majoritaires vendent leurs parts à une filiale du géant Saint-Louis. Une nouvelle équipe qui va considérablement moderniser le dispositif de l'usine en rénovant l'ensemble des bâtiments et en instaurant les raffineries de sucre roux. De 1987 à 2000 la sucrerie a consacré près de 500 milions de francs à la modernisation. Elle travaille actuellement environs 6000 tonnes de betteraves par jour.


Article written by

Arnaud Issler, 05 January 2020


  1. This film analysis is still in progress. It may therefore be incomplete and contain errors.