Page values for "Les joyeux lurons du football (0040FN0003)"

"Sequences" values

titreLes joyeux lurons du football
sous_titre
video0040FN00003
dateDebut1950
dateFin1950
annee1,950
duree312
genreFilm amateur
format_original9,5 mm
colorationNB_et_couleur
sonMuet
langue
realisateurs
droitsMIRA
lieuTournage48.2591, 7.45051
fondsTrau
pieces_jointes
evenements_filmes_ou_en_lien
personnages_identifies
lieux_ou_monumentsSélestat
etatOui-Oui
institution_dorigineMIRA
thematiqueSport Soccer
idSupport0040FN0003
timecode0
apercu
Traufootball.jpg
resumefrLe film semble nous présenter une association sportive dans ses activités : repas en groupe, animations, musique, entrainement et match dans une ambiance conviviale et un cadre rural.
resumede
resumeen
descriptionfrLes premières images nous montrent des hommes en chemises blanches et portant une cravate, assis à une table rectangulaire garnis d'assiettes, de couverts et de bouteilles de vin (surement). ils discutent tandis qu'un homme allume une cigarette à 0:15. Le cameraman balaye la zone sur plusieurs plans. A 0:44, on a une scène en extérieur se déroulant sur la place du monument aux morts de de la guerre de 14-18. Jusqu'à 0:57, les hommes, tous en costume, se rassemblent sur la place. De 0:57 à 1:10, tous passent devant la caméra de gauche à droite, puis, à 1:11, le cameraman se concentre sur le monument. A partir de 1:13, des hommes, probablement les mêmes que précédemment, marchent en ligne deux par deux avec, à leur tête, un homme portant un drapeau de deux couleurs (la partir inférieure est probablement blanche). Sur ce drapeau, un mot peut être distingué, "camarades". A partir de 1:33, les images nous montrent des hommes en costume dansant tandis que l'un d'entre eux porte un accordéon. La caméra se déplace vers la droite, montrant ainsi le reste du cortège. Le plan à 1:44 dévoile à nouveau le joueur d'accordéon avec une cigarette en bouche. De là, la caméra balaye la scène de gauche à droite et montre des femmes souriantes (peut être les compagnes des hommes présents). De 1:50 à 2:05, le même cortège en arrière-plan se dirige, en dansant, vers le cameraman. Une fois à sa hauteur, le cortège semble s'orienter vers sa droite. De 2:06 à 2:10, six personnes (quatre femmes et deux homme dont un plutôt âgé) se tiennent par le bras et dansent vers la caméra. De 2:11 à 2:26, ces images sont dédiées à un homme, chauve et en chemise mettant de fausses lunettes et un faux nez et semble raconter des blagues ou des histoires drôle à la caméra (son public est hors champ). De 2:27 à 2:33, on observe à nouveau l'accordéoniste, filmé de près, toujours avec une cigarette en bouche. A 2:34, on voit la même personne mais vue de loin avec des stands sur la droite. De 2:37 à 2:56, les hommes, désormais en tenue de sport, se placent sur un terrain de football, en pleine campagne, surement pour une séance d'entrainement ou d’échauffement. A 2:56, les hommes sont alignés en face du cameraman puis se dispersent (peut être qu'ils étaient pris en photo). De 3:16 à 3:20, on a un gros plan sur un des hommes s'essuyant le visage, puis, à 3:22, on en voit certains sortir d'une voiture (peut être un exercice d’échauffement). De 3:33 à 3:44, la caméra défile de droite à gauche en passant devant les visages des joueurs à nouveau alignés jusqu'à terminer par un homme en tenue noire. De 3:50 à 3:54, les joueurs ajustent leur tenue et leurs chaussures. Les images du match commencent à 3:55. On note un public debout le long des limites du terrain de football avec des maisons derrières. A 4:02, le gardien arrête un ballon. On distingue deux équipes : la première se caractérisant par une tenue foncée et l'autre avec une bande blanche sur la tenue. A 4:28, l'équipe à la tenue foncée rate un but (la balle touche la barre transversale de la cage). Un deuxième essai est toutefois concluant à 4:34. A 4:47, les deux équipes sont alignées et, entre elles se trouve un homme tenant un bouquet de fleurs.
descriptionde
descriptionen
contextefrLes scènes filmées montrent diverses situations vécues, surement le même jour, par les membres du club de football de Selestat. La scène qui commence à 0:45 a, en effet, lieu devant le monument aux morts de cette ville, au 12 rue du Général Gallieni. De plus, les couleurs de la ville étant le rouge et le blanc, on pourrait supposer que le drapeau montré autour de 1:16 pourrait être celui de Selestat ou de l'Alsace. Toutefois, un autre drapeau peut être vu à 0:48 et il semble être différent. Il y a un dessin sur la partie blanche de ce dernier mais ce n'est pas l’emblème de Selestat (on peut distinguer un pied sur le drapeau à 0:49 alors que le blason de la ville représente un lion rouge sur fond blanc). Il pourrait s'agir du drapeau que l'on voit sue la photo du FC Selestat de 1962 (année où le club remporta le championnat d'Alsace), disponible sur le site de la LAFA (https://lafa.fff.fr/competitions/histoire-de-la-coupe-dalsace/). De plus, le film s'ouvre sur une scène de repas (de 0:00 à 0:44), continue avec un défilé devant le monument aux morts (de 0:45 à 1:31) avec des festivités jusqu'à 2:37 avant de se consacrer aux joueurs dans leurs activités physiques (échauffement puis le match). On peut supposer qu'il s'agit d'une journée d'animation pour le FC Selestat qui dispute un match ce jour-là. En effet, le format 9.5 mm, lancé en 1922 par Pathé en parallèle d'un projecteur familial, le "Pathé-Baby" et, l'année suivante d'une caméra à manivelle. Ce format était donc destiné à toute la famille et, dans le cas qui nous intéresse, il pourrait s'agir d'un film fait pour être regardé en famille et consacré à de ses membres. Enfin, le cadre des scènes est plutôt convivial et le match (de 3:55 à 4:35) a lieu sur un terrain rural. Cela rappelle le cadre amateur de nombreux clubs sachant que le football a longtemps été un sport non professionnalisé. '''== Le FC Selestat, un club amateur au XX<sup>ème</sup> siècle ==''' Pendant un certain temps, ce club est resté amateur (il l'est aujourd'hui encore), ce qui peut expliquer le cadre des animations et le terrain de football à 3:55 où le public est aux bords du terrain, sans grande infrastructure, tandis que l'entrainement se fait un pleine campagne (de 2:37 à 3:55). Le FC Selestat nacquis au début du XX<sup>ème</sup> siècle, en 1912 sous le nom de ''SV Schlettstadt''alors que l'Alsace appartenait II<sup>ème</sup> Reich jusqu'en 1918. Ce club est né d'ailleurs de la fusion du ''Schetterstadter Fußball-Klub'' et du ''Fußball-Klub Sport Schlettstadt''. Ce club ne put se distinguer alors en championnat et n'a jamais, au cours de son histoire, obtenu le statut de club professionnel. Après la Première Guerre mondiale, le club, désormais appelé Sportclub Selestat, rejoint la Division d'Honneur d'Alsace (compétition organisée par la LAFA, Ligue d'Alsace de Football Association, fondée le 10 janvier 1919 à Selestat). Le club se hissa à la première place de cette compétition pour les saisons 1919-1920 et 1921-1922 et atteignit la troisième place pour la saison 1920-1921. De plus, pour la saison 1925-1926, le club est grimpé jusqu'en 16<sup>ème</sup> de finale de la Coupe de France. Le club retourna dans le cadre du football allemand pendant la Seconde Guerre mondiale alors que l'Alsace fut reprise. La guerre empêcha toutefois la saison 1944-1945 et le club, à la fin des hostilités, retourna dans le giron français. De là, il finit par remporter, durant la saison 1961-1962, la première place du championnat d'Alsace. '''== Les premiers pas du football en Europe ==''' Le football arrive en Alsace alors que le région était allemande, à la fin du XX<sup>ème</sup> siècle. C'est avec le numéro du 1<sup>er</sup> juillet 1893 de ''Speil und Sport'' affirmant que le premier club alsacien vit le jour en 1890 que la naissance du football alsacien est attestée. Toutefois, la date de 1890 peut être remise en doute. Par ailleurs, comme le nota Pierre Perny dans son article "L'arrivée des sports en Alsace" de la ''Revue d'Alsace'' de 2014 que "dans la presse alsacienne, les mots Fußball - Fußballspiel- sont cités pour la première fois en mai 1893". C'est d'ailleurs vers cette période que la discipline s'installe en Europe et en France, sachant que dans le cas français, le premier cas fut recensé en décembre 1867 en banlieue parisienne. Au départ, le football est une activité pratiquée par les écoliers et les lycéens dans le nord de la France, sous l'influence anglaise ; la discipline ayant été inventée par les Britanniques et codifiée à Londres en 1863. Le football se diffusa rapidement sur le continent américain et en Europe par ml'intermédiaire de personnes ayant séjourné en Angleterre ou sous influence de ce pays. Paul Dietschy dans son ouvrage ''Histoire du football'' (2018) cite l'exemple de Walther Bensemann qui créa, après avoir étudié dans une école anglaise, le Montreux FC en 1887 ainsi que le Karlsruher FC en 1889. Paul Dietschy évoque également un certain Hans Gamper ayant fondé le FC Barcelone en 1899, après avoir joué au sein du FC Lyon alors qu'il travaillait dans l'industrie textile lyonnaise. Concernant l'Alsace, la professionnalisation du football n'arriva que vers l'année 1932 avec la création de la section professionnelle du FC Mulhouse. Le Racing Club de Strasbourg franchit le pas durant la saison 1932-1933. Le football resta une activité très masculine même si le 29 avril 1920 eut lieu le premier match international féminin opposant des joueuses anglaises de Preston et une sélection de joueuses françaises et se terminant par une victoire anglaise (2:0). Cependant, cette pratique attira de nombreuses critiques,c e qui poussa à l'arrêt du championnat de France de football féminin. Le football féminin finira par être reconnues apr les fédérations anglaises et françaises en 1969-1970 comme le note Laurence Prudhomme-Poncet dans son livre ''Histoire du football féminin au XXe siècle'' (2003). En effet, la pratique du football met plutôt en avant des valeurs dites masculines comme la virilité, le ''fair play'' ou le courage. Paul Dietschy mentionne d'ailleurs le port, dans les premières années du football, de brodequins (chaussures) en cuir pouvant peser jusqu'à 500 grammes". Selon lui, le gout du football pouvait s'expliquer parce qu'il pouvait apporter des réponses à la "crise de l'identité masculine" du XIX<sup>ème siècle</sup> en parallèle de l'émancipation des femmes.
contextede
contexteen