Page values for "Messti à Hoerdt (0026FN0012)"

"Sequences" values

titreMessti à Hoerdt
sous_titre
video0026FN0012_1
dateDebut1928
dateFin1932
annee1,930
duree0
genreFilm amateur
format_original9,5 mm
colorationNoir_et_blanc
sonMuet
langue
realisateursSpindler, Paul
droitsMIRA
lieuTournage48.58189, 7.75103
fondsSpindler
pieces_jointes
evenements_filmes_ou_en_lien
personnages_identifies
lieux_ou_monuments
etatOui-Oui
institution_dorigineMIRA
thematiqueLocal festivals
idSupport0026FN0012
timecode0
apercu
Messti_Hoerdt.jpg
resumefrCélébration du ''Messti'' à Hoerdt dans les années 30.
resumede
resumeen
descriptionfrLe terme populaire ''Messti'' n’est que l’abréviation du terme savant ''Messtag''. À l’origine, ''Messtag'' est le jour de grande messe solennelle suive d’un marché et parfois d’une fête foraine. Ce marché se tient généralement à proximité de l’Église. Il a souvent lieu le jour de la nativité de Notre-Dame (8 septembre) et souvent le jour de la fête de la dédicace de l’église. Au Sud de l’Alsace on parle de ''Kilbe'' à partir de Krafft et à l’Ouest on dit ''Kirb''. Ces termes sont issus de l’allemand ''Kirchwihe''. C’est l’Église, pour lutter contre le paganisme, qui a eu l’idée de mêler cette fête avec le christianisme en la mettant en relation avec la Dédicace ou avec la fête du Saint Patron. La fête du village à savoir le ''Messti'', a lieu le dernier dimanche d’août à Hoerdt. Le ''Messti'' est plus qu’une fête populaire, c’est également la fête des conscrits. En effet, la conscription se lie très vite au ''Messti''. Pour rappel, le 05 septembre 1798 est votée la loi Jourdan qui fonde ce qu’on appelle en France la conscription. La conscription est au sens littéral du terme, l’inscription sur des registres. Quel que soit son état de santé ou son état social, nul ne peut se dérober à cette inscription, s’il est âgé de vingt à vingt-cinq ans, célibataire ou marié après le 23 nivôse an VI (ce qui correspond au 12 janvier 1798). Le ''Messti'' met donc à l’honneur les jeunes hommes de la classe d’âge qui allaient être prochainement incorporés, les ''Messtiburchen'' ou ''Melissa''. Ils en étaient les principaux animateurs. Ce jour de fête réunit l’ensemble des villageois dans une ambiance joyeuse. On organise des spectacles, bals et une fête foraine a généralement lieu à la ''Messtiplatt'' du village. La fête des conscrits est un véritable rituel qui fait des garçons de vrais hommes. Ils sont reconnaissables par leur costume de conscrit qui évolue au fil du temps. Le costume des ''Melissa'' se compose d’un pantalon blanc, d’une chemise blanche arborant deux nœuds tricolores. Le chapeau fait son apparition et peut se composer de rubans soyeux, de bouquets de fleurs ou alors d’un bouquet de plumes colorées que l’on nomme ''Strüss''. Cela dit dans le film, les hommes ne revêtent pas les habits typiques du ''Messti'' mais portent un pantalon sombre, une chemise blanche et une cravate. En revanche, les enfants, les filles et les femmes âgées portent les vêtements traditionnels.
descriptionde
descriptionen
contextefrLe ''Messti'' est une journée très attendue dans le village. Les filles se demandent avec quel cavalier elles vont danser tandis que les garçons se donnent des airs vainqueurs et font des économies pour pouvoir rester au bal jusqu’au jour. Les personnes âgées telles les femmes assises habillées en noir se préoccupent de la solennité, se réjouissent du bruit qui va animer le village, des visages nouveaux qui circuleront à travers les rues. Lors de cet évènement, on invite les amis des villages voisins et on fait en sorte que les lois de l’hospitalité soient observées. Après les vêpres, retentissent les premiers accords d’une musique où se joignent divers instruments : trombones, clarinettes, tambour. Les filles s’empressent de descendre dans la rue avec leur costume de bal. Le droit de faire danser est mis aux enchères et les aubergistes se disputent ordinairement ce droit. Quelque fois ce sont les jeunes gens qui se rendent adjudicataires de la chose. D’autre fois, l’autorité ecclésiastique qui voit d’un assez mauvais œil les fêtes populaires à cause des abus qui en résultent souvent, n’hésite pas à se faire adjurer, à prix d’argent, le ''Messti''. Quand tout est bien ordonné on forme un cortège triomphal. Dans ce film, celui-ci doit certainement suivre la « Rue de la Wantzenau » pour passer devant l’église protestante et s’arrêter au niveau du restaurant « La Charrue » comme on peut le constater. En tête, nous pouvons voir un conscrit brandissant un drapeau. Lors du ''Messti'', chaque classe de conscrit se doit de présenter son propre drapeau qui peut être peint par des artistes locaux ou par les conscrits eux-mêmes. Vient alors en file la bande des filles et des garçons d’honneur se tenant par la main (les couples ou les futurs couples), chantant, poussant des cris. En avant du cortège on peut observer des enfants. Ce n’est pas le cas dans tous les ''Messti'', mais les enfants mènent quelque fois un mouton enrubanné, qui sera sacrifié à la fin de la fête et dont se régaleront les garçons d’honneur et leurs compagnes. Devant l’auberge où est organisé la fête, il arrive parfois qu’un mai soit dressé, garni de différents objets au sommet que les enfants doivent décrocher. Un bal a visiblement lieu en plein air où l’on danse la valse d’honneur. La danse que l’on peut observer est exquise et d’une légèreté tout à fait remarquable : les garçons tiennent des filles à pleine taille, et les filles posent leur main sur l’épaule de leur cavalier ; on tourne ainsi de son mieux et on s’en donne à cœur joie. Les larges rubans qui ornent la tête des filles semblent battre l’air. Aux sons de la musique de danse, viennent en effet se mêler les hennissements d’un orgue de barbarie fougueux attaché à un manège de chevaux de bois. C’est tout un monde qui bouge et qui s’exprime. Les adultes discutent, les enfants courent et jouent. Ce côté de la fête n’est pas le moins intéressant à observer : la rue est, à la fois, la scène où se joue la comédie et la coulisse où elle se prépare ; les discussions, les jalousies, les joies y éclatent au grand jour. C’est d’ailleurs ce que se souhaite capter Paul Spindler en tenant sa caméra. Il désire enregistrer le geste juste, les démarches et les attitudes authentiques.
contextede
contexteen