...

Revision as of 19:31, 19 February 2020 by R.Derain (talk | contribs)


Piscine à Bellefosse
Warning[1]

Abstract


Ce film amateur nous témoigne des activités ludiques et hygiénique, en Alsace, durant l'entre-deux-guerre. Expérimenté, le cinéaste prend des plans du bassin en plein air de Bellefosse lors ses premières années.


Metadata

Reference / film number :  0020FH0019
Date :  1938
Coloration :  Black and white
Sound :  Mute
Running time :  00:00:00
Reel format :  8 mm
Genre :  Amateur movie
Thematics :  Swimming
Archive :  MIRA

Context and analysis


La piscine comme endroit propice aux activités ludiques et hygiéniques remonte aux civilisations antiques. Durant l’Ancien Régime, on constate la création de bains individuels et collectifs, évidemment réservés aux couches aisées de la société. Hors rivière, la prolifération de bains et piscines est l’aboutissement du processus d’extension du réseau d’alimentation en eau, vers les années 1860, par l’ingénieur Belgrand. Durant l’entre-deux Guerres, la distinction est faite entre piscine et bassin. La première est un établissement de natation, chauffé, permanent et couvert. Le second est un établissement de plein air ouvert seulement lors des saisons favorables, possédant ainsi un caractère s’apparentant plus à du loisir. A cela, il est nécessaire d’y ajouter un caractère de contexte supplémentaire. Vers la fin de la période d’entre-deux-guerres, en France, on assiste à l’instauration des congés payés. À la suite des accords Matignon, la loi du 20 juin 1936 est adoptée, donnant ainsi à tous les travailleurs une période de congés payés. Ainsi, le Front populaire crée un sous-secrétariat d’Etat aux Loisirs et aux Sports. Durant cette période, des auberges de jeunesse voient le jour, ainsi que des chalets touristiques, tel que celui de Bellefosse, qui lui est accompagné d’un bassin en plein air, la piscine Deetjen.

L’histoire de la piscine de Bellefosse

DNA 30/08/2016

La piscine de Bellefosse s’intègre dans ce double contexte. D’une part, celui d’une prolifération des bains hors rivière, dû à l’extension de réseaux d’alimentation en eau, et d’autre part, à celui des congés payés en France par la loi du 20 juin 1936. Les travaux ont débuté en 1936 par les membres du Ski-Club Bellefosse Strasbourg. Cette association, dont les initiales figurent dès les premières secondes de cette source amateur (00.00.03), a, quant à elle, été enregistrée à l’INSEE le 19 septembre 1938. Bellefosse est une très petite commune qui avoisinait les deux cents habitants dans les années 1930. De fait, nous pouvons croire que les personnes figurant sur cette source audiovisuelle ne sont pas, pour la grande majorité, de Bellefosse. Ils sont adhérents de l’association du Ski-Club Bellefosse Strasbourg, et donc, proviennent très certainement de la ville. La piscine de Bellefosse possède l’appellation « bain froid ». Ceci se justifie par deux facteurs : l’alimentation en eau de source et l’ouverture du bassin en plein air. Construite à 750 mètres d’altitude, la piscine de Bellefosse est, en plus d'être le premier bassin construit en haute altitude, alimentée en eau de source lors de ses premières années. De plus, elle est construite en plein air, et de ce fait, est active durant les bonnes saisons. La piscine est cachée par une clôture en bois, installée sur les côtés sud et est, de sorte à être cachée du reste du village, tout en ayant une vue sur les reliefs du côté nord. On peut donc croire que c’est un lieu qui a été prévu en amont pour être un endroit touristique et ludique.

De la ville à la campagne

Comme nous l’avons vu, le bassin de Bellefosse a été construit par l’association du Ski-Club Bellefosse Strasbourg, car leurs adhérents ont apprécié les reliefs de cette zone rurale. Ainsi, ce sont des hommes de la ville qui effectuent les déplacements, en été, jusqu’à Bellefosse. Ils peuvent y rester quelques jours en logeant dans le chalet prévu à cet effet. Le cinéaste doit sans doute être membre de l’association du Ski-Club Bellefosse Strasbourg, filmant dès l’année de la création de leur association leur bassin en plein air. Il n’en est pas à son premier coup d’essai. En effet, nous pouvons voir des plans réfléchis. Très certainement issu de la zone urbaine, le cinéaste parvient à prendre des plans d’ensemble (00.00.08) mettant en valeur les reliefs. Le choix de Bellefosse n’est pas un hasard. Situé sur le versant ouest du massif du Champ du Feu dans la vallée de la Bruche, Bellefosse est l’endroit propice pour effectuer des vacances loin des tumultes urbains. Ajoutons à cela le dernier plan (00.01.03), celui d’un homme effectuant un plongeon, filmé en panoramique. Ce plan final, en contre-plongée, nous donne comme preuve supplémentaire le sérieux pris par le cinéaste. Sur cette source audiovisuelle, les personnes figurantes sont, vraisemblablement, issus de la classe moyenne. Ces derniers profitent des congés payés pour s’offrir un moment de détente hors de leurs habitudes urbaines. Les congés payés sont, comme nous l’avons vu, issus de la loi de 1936. De plus, il est nécessaire de préciser que pour l’Alsace, avant 1936, deux tiers des employés profitaient de congés annuels rémunérés. Cela est dû au « modèle allemand ».

Le caractère social du bassin en plein air de Bellefosse

Les bassins en plein air sont, à la différence des établissements couverts, des endroits propices à la cohésion, à la convivialité ainsi qu’à l’amusement. Le bassin permet aux adhérents de passer un moment convivial avec leur famille et leurs amis. A un certain moment (00.00.10), on peut apercevoir un endroit où des plats se préparent, et de ce même endroit une dame qui en ressort avec une assiette de nourriture. Certaines personnes sont dans le bassin, en maillot de bain une pièce pour les femmes, mais la grande majorité est hors de l’eau, en vêtement de ville. Ainsi, nous pouvons dire que le bassin de Bellefosse, en tant que zone aquatique, n’est pas le principal facteur de cohésion de ce groupe. Il s’agit plutôt du paysage rural d’été, soigneusement fimé. Il s'agit de la fête d'inauguration du bassin en plein air de Bellefosse Les travaux ayant débuté en 1936, ils ont mis deux années avant d'arriver à terme.. A un certain moment du film (00.00.22), nous pouvons voir des guirlandes fanions. Les guirlandes fanions sont généralement utilisées dans un cadre festif. Ajoutons à cela les vêtements que les personnes portent. De nombreux hommes (00.00.34) sont vêtus de costumes, tandis que les femmes (00.00.43) portent des jupes et des chemisiers. Ces tenues formelles nous laissent à penser qu’il est question d’un évènement particulier. La source audiovisuelle a été tournée avec un format de qualité, le 8mm. Très performant, ce format ne peut être projeté sur grand écran, ce qui nous laisse penser que le film amateur est destiné, soit aux membres de l’association, soit à la famille du cinéaste.

Lieux ou monuments

Piscine en plein air de Bellefosse

Bibliography


Le Bas, Antoine. « Des piscines et des villes : genèse et développement d'un équipement de loisir », Histoire urbaine, vol. 1, no. 1, 2000, pp. 145-162.

Lombardo, Davide. « Se baigner ensemble. Les corps au quotidien et les bains publics parisiens avant 1850 selon Daumier », Histoire urbaine, vol. 31, no. 2, 2011, pp. 47-68.

Mirloup, Joël. Les loisirs des français, approche géographique. In: Revue de géographie de Lyon, vol. 59, n°1-2, 1984. pp. 15-27.


Article written by

Rayan Barhoumi, 03 January 2020


  1. This film analysis is considered finished by its author. However, it has not yet been proofread by a scientific authority.