Strasbourg : Christkindelmärkt(0086NN0023)

Revision as of 10:06, 31 December 2019 by Massimo Gallippi (talk | contribs)


Warning[1]

Abstract


Robert Forrer, archéologue à l’origine du Musée alsacien et conservateur du musée archéologique de Strasbourg réalise plusieurs séquences sur le marché de Noël de Strasbourg de 1928. Il souligne à cette occasion l’importance et la joie que provoque cette tradition alsacienne.

Metadata

Reference / film number :  0086NN0023
Date :  1928
Coloration :  Black and white
Sound :  Mute
Running time :  00:00:00
Film-maker :  Forrer, Robert (fils)
Reel format :  9,5 mm
Genre :  Amateur movie
Thematics :  Christmas
Archive :  MIRA

Places and monuments


Place Broglie, Strasbourg

Supporting documents


Le traditionnel marché de Noël de Strasbourg


Place Broglie vers 1910. URL : https://fr.wikipedia.org/wiki/Christkindelsmärik#/media/Fichier:Strasbourg-Foire_de_Noël-Vers_1910_(1).jpg

Le Christkindelsmärik de Strasbourg tire ses racines du Nikolaismarkt (marché de la Saint-Nicolas) où les parents venaient chercher des objets et friandises pour leurs enfants. Mais à partir de 1570, suite à des désaccords sur l’origine des cadeaux et face à la volonté de dire aux enfants que c’était l’enfant Jésus qui apportait les cadeaux, le marché de la Saint-Nicolas est remplacé par celui du Christindlein (Enfant Jésus). Le Chrstkindelsmärik se tenait au départ trois jours avant Noël près de la cathédrale, puis s’étend du côté du palais des Rohan, sur une place nommée le Fronhof. De 1830 à 1870, il a lieu sur l’actuel place Kléber puis à partir de 1870, suite à l’annexion allemande, il se déroule place Broglie et dure maintenant toute la période de l’Avant jusqu’à la veille de Noël. C’est d’ailleurs à cet endroit que se déroule le Christkindelsmärik dans le film de Robert Forrer. On y reconnaît notamment les longues lignes d’arbres qui se trouvent encore sur l’actuelle place Broglie, voisine à l’opéra de la ville. Au travers de ce film, le réalisateur tente d’immortaliser le marché de Noël de Strasbourg en nous montrant ses caractéristiques culinaires, ses ventes d’objets ou bien d’arbres de Noël. En tant que grand antiquaire et conservateur du patrimoine, il nous fait assister à l’aide de travellings horizontaux aux différentes interactions sociales qui découlent du Christkindelsmärik, en filmant des enfants accompagnés de leurs parents qui attendent patiemment de recevoir des friandises ou des jouets.

Le Christkindelsmärik comme lieu d’achat des cadeaux et des friandises de Noël

Au travers de ces séquences sur le marché de Noël de Strasbourg, nous observons que son but premier demeure inchangé. En effet, dans la première séquence, nous observons une petite fille extasiée devant les nombreuses friandises en ventes. Celle-ci est accompagnée de sa mère qui fait le tour des différents stands avec leurs lots d’objets, de gâteaux et de chocolats. Il s’agit surement des traditionnels Bredele, pains d’épices et autres friandises conçues pendant les semaines qui précèdent le jour de Noël. Parmi les différents gâteaux et biscuits, il y a des pains d’épices qui peuvent avoir des formes religieuses comme par exemple la représentation d’Adam et Eve sous l’arbre du Paradis ou bien des formes plus profanes comme la représentation d’une fileuse avec son rouet. Il y a aussi les Springerle à base d’anis qui possèdent plusieurs figures et décorations ou bien les speculatius, gâteaux représentant des personnages et sujets de la vie de tous les jours que les enfants reconnaissent facilement. Le marché de Noël est aussi synonyme de la vente de jouets, c’était même là sa fonction première et ce depuis plusieurs siècles. En effet, c’est l’endroit où l’on achète des cadeaux et des friandises pour les plus jeunes comme pour les plus grands. C’est encore le cas dans les années 1920, puisque ce film amateur montre qu’après avoir fait ses emplettes, la mère de la petite fille décide d’acheter des balles reliées à un fil à son enfant. On observe d’ailleurs au moment où elles jouent avec ces nouveaux jouets, des chalets où sont attachées de nombreuses poupées reliées à des fils. Le cinéaste cherche ainsi à nous montrer l’importance de ce lieu pour l’ensemble des familles alsaciennes qui possède une place centrale pendant la période de l’Avent.

Un lieu privilégié pour l’achat de l’arbre de Noël

Le Christkindelsmärik de Strasbourg est aussi le lieu où l’on achetait son arbre de Noël en famille avant de le ramener chez soi pour le décorer. Cette tradition est très ancienne dans la région. La première mention sur le fait d’aller couper des arbres en forêts pour Noël date de 1521 à Sélestat. Longtemps refusé par l’Eglise catholique du fait qu’il aurait été une marque de paganisme et de protestantisme issue des pays scandinaves et germaniques, il est progressivement intégré dans les foyers alsaciens entre le XVIe et le XVIIIe siècle. Mais c’est véritablement à partir du XIXe siècle, que se répand cette tradition, apparaissant comme une « germanisation » systémique de l’Alsace. Cependant, celle-ci ne s’installe pas de manière uniforme. Les villes et les villages protestants sont des lieux où la coutume s’introduit plus rapidement dans les mœurs. Or, nous remarquons dans de nombreux documents d’Alsace et de Lorraine que cette coutume ne dépend pas de l’appartenance religieuse mais plutôt des aires linguistiques. En effet, Georges L’Hôte distingue les villages qui possède un dialecte allemand et qui ont intégré cette pratique de ceux dont la langue maternelle est le français et qui ne l’intègre qu’après 1945. Ensuite, le sapin de Noël se diffuse dans l’ensemble de la France, notamment grâce aux alsaciens qui ont immigrés à la suite de la guerre de 1870-1871. On dit même que là où est une famille alsacienne, là est un arbre de Noël. L’arbre de Noël est devenu au XXe siècle un élément central de la fête de Noël par l’intermédiaire des écoles, des patronages, des hôpitaux ou bien des grands magasins. Celui-ci s’achète alors souvent dans les marchés de Noël en Alsace. C’est ce qu’a voulu nous montrer le réalisateur de ce film avec les deux dernières séquences. Robert Forrer décide de suivre avec sa caméra les gestes de chacune des personnes filmées pour montrer que le choix du sapin de Noël n’est pas quelque chose d’anodin. On voit notamment la petite fille du début du film qui attend patiemment sa mère le temps qu’elle choisisse le sapin qui décorera leur salle à manger. C’est d’ailleurs, pour cette raison qu’un père et son fils se sont rendus au Christkindelsmärik afin de choisir un magnifique sapin. Mais le marché de Noël n’était pas seulement le lieu d’achat de l’arbre de Noël, puisque c’est là et c’est d’ailleurs encore le cas de nos jours, où l’on pouvait trouver les décorations à déposer sur l’arbre. C’est ce que l’on remarque dans les nombreux chalets disposés place Broglie.



  1. This film analysis is still in progress. It may therefore be incomplete and contain errors.