Bas:Destructions à Ostheim et à Waldbach (0011FS0001 1)


[1] Warning[2]

Metadata

Reference / film number :  0011FS0001 1
Date :  Between 1944 and 1946
Coloration :  Black and white
Sound :  Mute
Running time :  00:00:00
Reel format :  16 mm
Genre :  Amateur movie
Thematics :  Second World War : post-war period
Archive :  MIRA

Context and analysis


Ostheim, située à neuf kilomètres au nord de Colmar, est restée au centre d'une grande catastrophe de la seconde guerre mondiale. La rivière Fecht traverse le milieu de ce village. Avec cette fonctionnalité, Ostheim est devenu la cible des armées. Ce village, qui se trouvait dans la poche de Colmar, a été bombardé de novembre 1944 à janvier 1945. Le mur qui apparaît dans le film n'a pas été détruit malgré les bombardements pendant les guerres de 1944-1945. En mars 1945, les cigognes retournèrent à leurs anciens nids. Le monument aux morts placé devant le mur a été inauguré le 6 septembre 1953 (1).


Libération de Mulhouse le 21 novembre et Libération de Strasbourg le 23 novembre ont été les réalisations les plus importantes pour la libération de l'Alsace. Cependant, l'émancipation de l'Alsace prendrait du temps. Dwight D. Eisenhower a visité la région le 24 novembre 1944. Au quartier général du XVe Corps au sein de la structure de commandement de la 7e Armée, Eisenhower a d'abord entendu parler du plan des Devers de traverser le Rhin. Il s'est rendu au quartier général de Devers et l'a immédiatement arrêté. Il voulait que la 7e armée, faisant partie du 6e groupe d'armées, vire au nord et renforce sa 3e armée, tenue avec Patton dans le nord de la France. Si les renforts fonctionnaient, la 3e armée de Patton pourrait aller sur le Rhin. Comme Devers l'a déclaré dans son journal; Lui et le général Alexander Patch étaient prêts à traverser la rivière et y étaient concentrés. Devers a essayé d'expliquer sa position, mais Eisenhower n'a pas fait de compromis. Du point de vue de Devers; le principal objectif des Alliés à toutes fins utiles depuis le 6 juin était désormais vain(2). Eisenhower a finalisé la formation de la poche de Colmar avec cette seule commande. Devers était sûr que la poche de Colmar n'existerait pas si Eisenhower l'avait laissé essayer de traverser le Rhin. ; En conséquence, aucun corps ne serait prêt à lancer une autre offensive majeure avant le 5 décembre. Ces retards ont servi au repos des première et dix-neuvième armées allemandes. Cependant, Eisenhower pensait faire ce qu'il pensait être le mieux pour le progrès allié en Europe, en essayant d'être prudent (3). Finalement, la décision d'Eisenhower a renforcé les propres plans d'Hitler. Tout d'abord, il a confirmé la décision du leader allemand de s'engager dans une contre-attaque sur les Ardennes plutôt que de tourner l'effort principal vers la Lorraine et le nord de l'Alsace. Deuxièmement, la décision permettrait aux Allemands de poursuivre leur accumulation en Ardennes sans affronter la crise du passage de la 7e armée sur le Rhin.

La situation pour les Allemands était plus compliquée; Le 24 novembre, le haut commandement allemand réévaluait constamment la situation qui se détériorait rapidement de la dix-neuvième armée de Wiese. Au nord, la percée alliée à Strasbourg a ouvert un écart de quinze à vingt milles entre la première et la dix-neuvième armées; Dans le sud, les forces françaises ont exercé une influence similaire, menaçant l'armée de Wiese des deux côtés. Wiese connaissait le moyen de sortir de l'effondrement. Il lui fallait plus de matériel et de nouveaux soldats. Wiese n'avait qu'une seule chose qui pouvait rendre ces demandes possibles, c'est de gagner du temps. Les décisions prises par Eisenhower auraient rendu ce besoin de Wiese possible de toute façon. Avec des pertes allemandes à Strasbourg et à Mulhouse, les commandants allemands prévoyaient de créer une nouvelle ligne de défense. C'était une retraite et ce n'était pas facile pour Hitler de l'accepter. Dans un premier temps, Hitler a refusé même de discuter d'une petite retraite, même en considérant la possibilité d'annuler les plans d'attaque des Ardennes (4). L'attente d'Hitler vis-à-vis de Wiese était très claire, se battre jusqu'au bout. Malgré cela, Hitler a finalement adopté une série de changements aux frontières locales le 27 novembre. La nouvelle ligne de défense des Allemands partirait d'Erstein au sud de Strasbourg, cette ligne avancerait jusqu'au Hohwald au nord-ouest. Il descendrait ensuite vers le sud jusqu'au Ballon d'Alsace, pour finir au sud-ouest à Hombourg. Bien sûr d'une manière qui exclut Mulhouse. C'est ainsi que la ligne de défense sud allemande du 26 novembre a été conçue.

Maintenant que les Allemands avaient établi la ligne défensive dans la poche de Colmar, il faudrait l'éliminer. La tâche d'éliminer la résistance allemande incombait à la 1re armée française. Parmi les Français de la poche de Colmar se trouvait une division d'infanterie américaine rattachée aux Français. C'était la 36e Division d'infanterie, à l'origine la Garde nationale du Texas. En décembre 1944, la 36e division s'avance vers l'est de la montagne vosgienne vers les plaines autour de Colmar et du Rhin. Pendant des mois, ils avaient été sous la protection des hautes montagnes et des forêts, et maintenant ils regardaient une plaine ouverte qui s'étendait devant eux. Ils étaient du côté vulnérable d'une guerre acharnée et les conditions météorologiques étaient terribles. Lorsque la 36e division est entrée à Sélestat le 2 décembre, la situation de l'ennemi dans la plaine alsacienne était critique. Les Allemands étaient installés dans une poche, et il ne restait plus que deux ponts à battre en retraite sur le Rhin. Au sud de la 36e division, il y avait encore des forces allemandes contre le 2e corps français dans les montagnes des Vosges. Tous les renseignements ont montré que les Allemands faisaient des efforts désespérés pour retourner du mieux qu'ils pouvaient sur la rive est du Rhin.

Pendant la majeure partie de décembre 1944, la 36e Division d'infanterie, avec les Français, se déplaça lentement vers l'est, prenant une ville une ville après l'autre, mais subit également des pertes massives de violentes contre-attaques allemandes. Le 6 décembre, la Division avait achevé sa mission de dégager toutes les Vosges de son secteur comme début de la grande offensive. En plus de Ribeauvillé, Saint-Hippolyte, Bergheim, Rodern, Rorschwihr, Ostheim, Hunawihr, Riquewihr, Zellenberg, Beblenheim et Mittelwihr ont également été capturées (5). En décembre, Ostheim est partagé entre les forces alliées et les forces allemandes. Les forces allemandes étaient stationnées à l'est de la rivière Fecht, qui traverse le village, et les forces alliées à l'ouest. Ostheim, qui s'est transformée en arène de combat, a été détruite comme d'autres villages martyrs. Ostheim est resté la cible des attaques jusqu'au contrôle de Jebsheim.

Cependant, la tentative de sauver la poche de Colmar en décembre a été de courte durée. Il a de nouveau déçu Devers lors de sa rencontre avec Eisenhower le 19 décembre. Alors que la bataille des Ardennes s'intensifiait à 200 miles au nord de leur emplacement, Devers croyait toujours que les attaques à travers le Rhin fonctionneraient. Selon lui, le Rhin devait être franchi pour que le travail à Colmar soit plus facile et que les forces françaises le dégagent facilement de l'ennemi. Pourtant, Eisenhower a ordonné à l'armée des Devers d'aider le nord et de renvoyer les forces restantes dans les Vosges pour se défendre. Il a renoncé à profiter de l'opportunité gagnée dans la poche de Colmar. L'arrêt de l'avancée des alliés a causé de nombreux problèmes nouveaux et a permis à Hitler de lancer sa dernière offensive dans l'ouest, appelée "Opération Nordwind" (6). Sans surprise, certaines des forces allemandes qui ont composé cette attaque sont venues de la poche de Colmar, essayant de se lier avec d'autres forces allemandes se déplaçant au sud du nord de l'Alsace. Cependant, nulle part les Allemands n'ont atteint leurs objectifs et n'ont pas réussi à atteindre la ville de Strasbourg. Les forces alliées les ont repoussés dans la poche de Colmar.

Quand la guerre a recommencé dans la poche de Colmar, il s'est avéré que cette guerre n'était pas une simple guerre. Au départ, les Allemands étaient plus nombreux que les alliés, et les alliés étaient supérieurs dans les divisions blindées. Le temps était horrible, 20 degrés sous zéro. Il y avait des obstacles géographiques devant les buts alliés. Le désavantage géographique s'est également produit dans la cible de Neuf-Brisach. La route de la ville de Guamar à Neuf-Brisach était généralement plate et les alliés devaient surmonter de nombreuses barrières d'eau. Helmut Thumm, un général de la 19e armée allemande, a vu trois possibilités différentes pour une attaque américaine sur la poche de colmar. La plus dangereuse de ces possibilités était une attaque le long de la rivière Ill. La mission de la 3e division d'infanterie devait commencer le soir du 22 janvier, deux jours après le début de l'offensive française dans la partie sud de la poche de Colmar (7). Cette tâche concernait le Nord de Colmar; Il s'agissait de sécuriser des passages le long des rivières Fecht et Ill autour des villes de Guemar et d'Ostheim et de continuer vers le sud et d'isoler la ville de Colmar. Les 22 et 23 janvier 1945, l'attaque du 7e régiment d'infanterie de la 3e division d'infanterie américaine, dirigée par le général John W.O 'Daniel, a finalement forcé les Allemands à battre en retraite. L'objectif d'encercler Colmar était un test difficile pour les troupes alliées. Le dégagement des forêts d'Ostheim et de ses environs immédiats de l'ennemi était considéré comme un processus important pour sauver Colmar et l'Alsace. La situation géographique de la ville a déterminé le sort de la ville. Comme en décembre 1944, les combats du mois de janvier ruinèrent Ostheim. Colmar est libérée le 2 février 1945 et le 9 février, les troupes allemandes traversent l'est du Rhin.

Avec le débarquement des Alliés en Normandie le 6 juin 1944, puis le débarquement en Provence le 15 août, la France vise rapidement la liberté. Cependant, lorsqu'il s'agit de la libération de l'Alsace, l'opération ralentit. La raison de cette situation sur le terrain semble à première vue être des initiatives allemandes dans le nord. Mais il y avait d'autres raisons à cela, d'une part l'effondrement du régime en Allemagne après l'abandon de l'Alsace paraissait inévitable, d'autre part, le IIIe Reich considérait l'Alsace comme un territoire allemand. La nazification et la germanisation sont restés une cible importante tout au long de l'occupation. En particulier, en 1945 et au-delà, les forces alliées combattaient non seulement une occupation en France et en Allemagne, mais une guerre contre une idéologie malade.

Places and monuments


Ostheim; Waldbach

Bibliography


1. http://www.ostheim.fr/

2. Thompson, Clinton W., "HELL IN THE SNOW: THE U.S. ARMY IN THE COLMAR POCKET, JANUARY 22 - FEBRUARY 9, 1945" (2017). History Theses. Paper 9. http://hdl.handle.net/10950/612. P: 12

3. Clarke, Jeffrey J., and Robert Ross. Smith. Riviera to the Rhine . Center of Military History, United States Army, 1993. P 449

4. Clarke, Jeffrey J., and Robert Ross. Smith , İbid. P: 435-436

5. http://www.texasmilitaryforcesmuseum.org/36division/archives/colmar/colmar.htm

6. Thompson, İbid. P: 14

7. Thompson, İbid. P: 18-19


Article written by

Mehmet Ali Yurttaser, 16 April 2021


  1. As part of an amateur production, this sequence did not receive a title from its director. The title displayed on this sheet has been freely created by its author in order to best reflect its content.
  2. This film analysis is still in progress. It may therefore be incomplete and contain errors.