Bas:Joutes nautiques à Erstein (0156FS0021)


[1] Warning[2]

Events filmed or related


Corso fleuri; Défilé

Abstract


Le film, d’une durée de 7’23 minutes, provient des archives de Pierre Schmidt. Tourné en couleurs et en muet, il nous montre, comme expliqué plus haut, des joutes nautiques. Ce sport, reconnu par une fédération qui porte son nom, est très répandu sur les cours d’eau alsaciens. Il se pratique grâce à une embarcation, un aviron, composée de six personnes. Cet équipage comprend quatre rameurs, des personnes assises sur un banc, ramant chacune avec une seule pagaie. Le barreur quand à lui a comme objectif de mener la barque, il s’occupe des manœuvres et de la sécurité de son embarcation. Le jouteur lui se tient debout sur le bock, une plateforme qui se trouve à l’arrière du bateau. L’objectif du jouteur est de mettre l’adversaire à l’eau à l’aide de sa lance.

Ainsi, le film retrace plusieurs joutes, durant une journée. On y voit donc les participants, qui s’équipent, s’entraînent, se préparent ou encore s’affrontent. Ces scènes sont entrecoupées par des plans du paysage, les rives de l’Ill ainsi que des spectateurs, le plus souvent la famille des participants (les femmes et les enfants).

Description


Le générique composé des crédits se trouve à la fin de la vidéo (7’15 – 7’23) « Cette séquence et les éléments d’analyse qui l’accompagnent sont sous licence Creative Commons. Se reporter aux conditions de citations dans les mentions légales sur rhinedits.unistra.fr. » « Diese Sequenz und die damit verbundenen Analyzen werden unter der Creative Commons-Lizenz veröffentlicht. Zu den Bedingungeneiner Nutzung und der rechtlihen Erwähnung der Website siehe rhinedits.unistra.fr. » « This sequence and the analysis elements that come with it are published under Creative Commons license. For conditions of use and legal mention of the site, see on rhinedits.unistra.fr. » Logo de Rhinedits (7’20-7’23).

0’00-0’14 : Découverte du thème du film, les joutes nautiques. Les premières secondes nous montrent une embarcation de six personnes qui rament vers la gauche de l’écran. L’homme présent sur le block se tient prêt. En effet, un autre aviron arrive sur l’écran et les deux jouteurs tentent de se faire tomber. Ici, le réalisateur place dès le début du film l’objectif principal des joutes, à savoir la chute d’un jouteur. Cela permet de poser les bases de cette activité.

0’14-0’34 : Le déroulé d’une joute. Le cameraman (ici Pierre Schmidt, qui est aussi le réalisateur) filme l’intégralité d’une joute, du départ jusqu’à la chute d’un des deux jouteurs. Nous apprenons donc les règles et le déroulé d’une joute. Ainsi, pour que joute il y a, deux embarcations doivent s’élancer de part et d’autre d’une étendue d’eau (lac, rivière, étang, etc.). Lorsque celles-ci sont sur le point de se trouver parallèles, les rameurs lèvent leur pagaie à la verticale pour éviter de se blesser et de blesser l’adversaire. Puis les jouteurs se tiennent face à face, lance projetée vers l’adversaire et lorsqu’ils arrivent à la même hauteur, ils tentent de se faire tomber.

0’34-0’52 : Le rôle de jouteur. Ici Pierre Schmidt concentre sa vidéo sur les jouteurs. Pour cela, il alterne entre plans de demi-ensemble et plans d’ensemble tout en suivant la préparation de deux jouteurs. Nous pouvons voir que les jouteurs ont une position précise pour faire chuter l’adversaire, une jambe tendue en arrière alors que l’autre est en avant avec le genou fléchi. La lance, équipée d’une pointe plus large permet de faire tomber l’adversaire. Le premier jouteur à être déséquilibré et à tomber fait perdre son équipe.

0’52-1’11 : L’embarcation et son équipage. Une nouvelle scène laisse apparaître une embarcation faisant une manœuvre. Cela permet de voir l’équipage au complet et leur rôle de chacun d’entre eux. Ainsi, le barreur est une sorte de capitaine, assis face à l’adversaire, il dirige les rameurs qui eux sont de dos. S’en suit un aviron filmé en axe plongé, ce qui permet de voir le rôle et la place de chacun et l’intérieur de l’embarcation. Nous pouvons aussi voir le barreur réparer une lance.

1’11-2’33 : Les joutes, une activité sportive. Pendant plus d’une minute, Pierre Schmidt filme plusieurs joutes, en alternant entre gros plans, plans de demi-ensemble et plans d’ensemble. Ainsi, il découpe chaque joute en différentes parties, chaque plan représentant une action différente. Cela permet de mettre en avant les différents joueurs et leurs rôles tout en suivant en temps réel une joute.

2’33-3’20 : Les joutes nautiques, une activité bon enfant. Bien que les joutes sont un véritable exercice physique, elles sont aussi ludiques. En effet, les extraits qui suivent montrent l’après victoire (ou défaite). En l’occurrence, à la fin de l’épreuve, les deux embarcations se trouvent côte à côte dans le même sens, les deux jouteurs, désormais en slip de bains (et non plus en tenue officielle), saluent la foule puis se jettent dans l’eau. Ici, Pierre Schmidt veut nous montrer le moment de détente des sportifs. Cependant, ce ne sont pas les seuls à profiter. En effet, nous pouvons voir que les plus jeunes utilisent le block comme plongeoir. Par la suite, nous suivons la caméra sur les rives, où l’on peut apercevoir des familles, sûrement celles des participants. Les enfants ont l’air de s’amuser entre eux alors que les mères de famille profitent du beau temps. Dès 3’06 minutes, nous pouvons voir le début d’une nouvelle joute, une équipe se mettant en place. Nous pouvons constater que plusieurs enfants sont sur le bateau, comme simple spectateur alors que des hommes de tous âges sont des rameurs. Cette joute semble être plus une activité de loisir qu’une véritable épreuve sportive, les plus âgés semblent heureux de revivre cette activité alors que les plus jeunes apprécient d’être sur l’aviron, d’habitude réservé aux plus grands.


3’20-6’53 : Les joutes, une activité sportive (2). Pendant plus de trois minutes, Pierre Schmidt filme plusieurs joutes, en alternant entre gros plans, plans de demi-ensemble et plans d’ensemble. Ainsi, il découpe chaque joute en différentes parties, chaque plan représentant une action différente. Cela permet de mettre en avant les différents joueurs et leurs rôles tout en suivant en temps réel des joutes.

6’53-7’15 : Les joutes nautiques, une activité officielle. Ici, Pierre Schmidt filme la présentation des équipes. Ainsi, sur chaque aviron embarque un homme portant un drapeau. Comme lors d’une compétition officielle, comme les Jeux Olympiques par exemple, celui-ci l’exhibe à l’avant de l’embarcation lorsque celle-ci fait un tour de présentation.

Metadata

Reference / film number :  0156FS0021
Date :  1957
Coloration :  Color
Sound :  Mute
Running time :  001000
Film-maker :  Schmidt, Pierre
Reel format :  16 mm
Genre :  Documentary
Thematics :  Sport, Swimming, Outdoor activities, Traditions, Local festivals
Archive :  MIRA

Context and analysis


Contexte :

Ce film fait partie d'un film plus long sur Erstein, mais la première partie est consacrée à un défilé et à un corso fleuri. Le film a été tourné par le docteur Pierre Schmidt, qui a œuvré toute sa vie à la protection de la faune et de la flore des rieds d'Alsace : la majorité de ses films en témoignent. Né en mai 1912 à Strasbourg, il a fait ses études de médecine à la faculté de Strasbourg. Plus tard le Dr Schmidt s’installa comme médecin de campagne et il devint rapidement un pilier dans les alentours en étant le médecin de famille. Ayant grandi dans le Bruch de l'Andlau, il a été depuis son plus jeune âge un amoureux de la nature. Cette passion pour la faune et la flore locale l’amena à parcourir les paysages d’Alsace et à les immortaliser au travers de films, de photographies ou encore d’enregistrements sonores. Il fit pareil avec ses habitants, ce qui permit la production de nombreux témoignages, dont ce film. Le Dr Pierre Schmidt décéda en 1989. Erstein est une commune du nord de l’Alsace, dans le département du Bas-Rhin, près de Sélestat. De par son positionnement géographique, Erstein a une histoire particulière avec les activités nautiques. En effet, elle fait partie du Grand Ried, et elle est bordée par le Rhin et l’Ill. Souvent inondée, de nombreuses zones ne sont accessibles qui via embarcations. Dès le Moyen-Age, de nombreux habitants en ont fait leur spécialité, comme les pêcheurs, les bateliers ou encore les calfats. Ainsi, les cours d’eau étaient des voies de communication et le centre économique de la ville.

La pratique des joutes nautiques en Alsace est une vieille tradition. Ainsi, il faut remonter jusqu’au Moyen-Age pour voir apparaître les premières traces de joutes nautiques alsaciennes. En l’occurrence, à cette époque Strasbourg et ses alentours sont au cœur du trafic fluvial européen. Les bateliers et les pécheurs, alors deux corporations très importantes dans la région, sont à l’origine de cette pratique. En effet, alors qu’à l’époque, les tournois entre chevaliers se faisant en armures et à cheval, eux, par manque de matériels, ont délocalisé cette activité sur l’eau. Les premières joutes de Strasbourg datent de 1377. Petit à petit cette pratique s’est répandue partout en Alsace et elle accompagna les grands évènements comme les visites royales par exemple. Il était donc fréquent de voir des joutes nautiques un peu partout sur l’Ill et les cours d’eau lorsque le roi ou l’empereur faisait le déplacement. C’étaient des activités populaires auxquelles tout le monde pouvaient assister. Au fil des siècles, cette pratique s’est de plus en plus professionnalisée, autour de sociétés, des sortes d’associations de professionnels du milieu nautique comme des pécheurs ou encore des bateliers. Ceux-ci se réunissaient en équipes pour organiser des tournois lors de fêtes locales. Les joutes nautiques se sont alors répandues partout où il était possible de les pratiquer. Cependant, en fonction des régions, apparaissaient différentes variantes comme les joutes nautiques alsaciennes. En effet, celles-ci sont uniques car les rameurs sont assis sur un simple banc central, les uns derrière les autres et ils ont l’obligation de relever leur pagaie à la verticale lors de la rencontre entre les deux jouteurs. Au fur et à mesure, les sociétés de corporations se sont transformées en sociétés nautiques où techniquement n’importe qui peut y prendre part. Mais en réalité, la pratique reste dans les familles des pratiquants, les rameurs vont céder leurs places à leurs enfants et ainsi de suite. Ils commencent dès l’enfance en accompagnant les plus grands sur l’embarcation puis plus ils vieillissent, plus ils accèdent à des postes importants comme jouteur ou capitaine. Les joutes alsaciennes ont su s’exporter, plusieurs sociétés les pratiquent en France comme en région parisienne, dans le Nord ou encore dans la région d’Orléans. Cela va encore plus loin puisqu’il y a des pratiquants de joutes nautiques alsaciennes en Autriche, en Allemagne ou bien encore en Suisse. Toutes les semaines, les équipes s’entraînent dans leur base nautique et une à deux fois par an ont lieu des championnats nationaux et internationaux de joutes nautiques, où diverses équipes de diverses régions s’affrontent. Ainsi, les joutes nautiques sont reconnues comme un vrai sport et donc il y a tout un cérémonial qui l’accompagne. Le tournoi commence avec la présentation des équipes. Chacune rejoint son embarcation avec devant elle le porte drapeau, un homme chargé de montrer l’étendard de la société. Chaque équipe a sa propre tenue, comme dans tout sport. Le matériel est aussi personnalisé avec un système de couleur, les pagaies et la barque ayant la même couleur que les tenues des joueurs.

Analyse :

Ce film est véritablement une carte postale de l’Alsace. Pierre Schmidt y filme ses paysages, à savoir Erstein et ses plans d’eau mais aussi l’une des activités les plus prisées d’Alsace : les joutes nautiques. Très populaires à l’époque, celles-ci attirent beaucoup de monde, de partout en France mais aussi en Europe, puisque la discipline s’est exportée à l’étranger. Celles-ci se déroulent pendant la période du Corso Fleuri, fête très répandue et appréciée en Alsace. Les championnats de joutes nautiques réunissent des équipes d’un peu partout en France mais aussi en Europe. Erstein devient donc pendant quelques jours le centre de l’attention et avoir une trace de cette période est important pour Pierre Schmidt. En effet, comme expliqué plus haut, c’est un amoureux de l’Alsace, de ses traditions et de ses paysages et pouvoir avoir un tel souvenir est quelque chose d’inestimable et de très important pour la mémoire de la région. Ce film est aussi important pour la ville d’Erstein car il lui permet de se faire connaître et de faire connaître ses paysages, ses traditions et ses activités. Ce film est un exemple d’activité qu’un touriste peut voir s’il vient en vacances en Alsace. L’objectif est de faire rêver, les joutes nautiques sont un peu l’activité des chevaliers des temps modernes. Enfin, pour les participants aussi ce film est important car il permet de promouvoir les joutes nautiques alsaciennes comme une véritable discipline sportive. C’est d’ailleurs pour cela, pour légitimer ce sport que Pierre Schmidt prend soin de filmer chaque étape des joutes. Il produit une sorte de reportage, de documentaire qui explique ce qu’est une joute, son déroulé, son règlement et tout le cérémonial qui l’entoure. Il cherche à mettre en avant l’esprit sportif des participants. En effet, filmer les scènes de natation permet de montrer que les joutes sont un vrai sport physique, nager dans une rivière étant une chose assez ardue à cause du courant. Il met aussi l’accent sur les spectateurs comme pour prouver que ce sport est divertissant et accessible à tous. C’est véritablement un sport intergénérationnel que met en avant Pierre Schmidt. Cependant, il est à noter que le film date des années 1950 et qu’à cette époque là, avoir une caméra est chose rare. Pierre Schmidt étant médecin a les moyens de s’en acheter une. Il a donc produit un des seuls témoignages de cette époque. C’est donc un vestige du passé que nous fourni Pierre Schimdt.

Ce film, même si tourné par un non professionnel du milieu, a comme objectif de mettre en avant les joutes nautiques, une discipline sportive très pratiquée en Alsace au XXème siècle. Celles-ci peuvent être analysées au travers de trois parties. En effet, dans un premier temps, Pierre Schmidt nous montre les joutes comme un sport reconnu, puis il met l’accent sur le jouteur, personnage incontournable de cette activité. Enfin, il présente aussi les joutes comme un lieu de partage, où les plus jeunes rencontrent les plus anciens.

Places and monuments


L'Ill; Ried; Erstein

Bibliography


Descombes R., L’eau dans la ville : Des métiers et des hommes, R. Hirlé, 1995.


Article written by

Clémentine Böhm, 16 March 2021


  1. As part of an amateur production, this sequence did not receive a title from its director. The title displayed on this sheet has been freely created by its author in order to best reflect its content.
  2. This film analysis is still in progress. It may therefore be incomplete and contain errors.