...


Cordiers pendant la guerre

Abstract


Cordiers au travail dans l'usine familiale au Heyritz.


Metadata

Reference / film number :  0005FH0023 8
Date :  Between 1940 and 1944
Coloration :  BW and color
Sound :  Mute
Running time :  00:02:04
Film-maker :  Weiss, Robert-Charles
Reel format :  8 mm
Genre :  Amateur movie
Thematics :  Second World War : German occupation - Annexation of Alsace, Industry

Context and analysis


Allemande entre 1870 et 1918, l’Alsace a subi dans l’entre-deux-guerres une francisation parfois brutale qui a alimenté un fort courant autonomiste. Le rattachement à la République réaffirmé à chaque cérémonie officielle s’est doublé d’une fortification de cet avant-poste au moyen d’une double série de fortifications le long du Rhin. À la déclaration de guerre le 4 septembre 1939, on décide de l’évacuation de la capitale régionale, vidée en quelques jours de tous ses habitants civils. Ce n’est qu’avec la conquête éclair de juin 1940 et l’annexion du 27 novembre suivant que se normalise la situation, autorisant le retour partiel des Strasbourgeois. Certains, comme les universitaires et leurs étudiants, restent réfugiés à Clermont-Ferrand, d’autres entrent dans la Résistance, les Juifs se voient expulsés de la région. La pax germanica offre un retour à la normale sous la férule oppressive de l’occupant ; d’aucuns en profitent pour se ranger sous la bannière à la swastika ou s’enrichir. Comme tant d’annexés malgré eux, les Weiss reprennent leur activité dans l’intervalle avant la mobilisation de force décrétée par la Wehrmacht en 1943.

Un artisanat manuel

Publicité pour la corderie F. Weiss (©Weiss)

Jean-Nicolas Weiss a fondé sa corderie à Strasbourg en 1650. Frédéric-Jacques, directeur de la sixième génération, a dû quitter le centre-ville en 1839 pour créer une unité de fabrication à l’aune d’une vaste commande passée par l’Arsenal de la ville. C’est là qu’un siècle plus tard, son arrière-arrière petit-fils Robert-Charles poursuit l’entreprise dans les mêmes locaux que ceux représentés sur une carte postale éditée dans l’entre-deux-guerres. Nulle mécanisation révolutionnant le tressage des cordelettes de tout diamètre n’est visible à l’écran : le travail s’effectue à la main, au moyen de guidages rudimentaires et solides, dans des ateliers couverts tout en longueur, ou à l’extérieur si le temps le permet. La main et l’œil, filmés de près par le patron de la corderie, guident la course du fil. Les bras de plusieurs ouvriers sont nécessaires pour actionner le mécanisme de tressage lent des plus gros câbles, servant au levage d’éléments de plusieurs tonnes.

Un essai de couleur

Robert-Charles Weiss a commencé à filmer en couleur pratiquement à l’apparition de la pellicule 8mm Kodachrome en 1936. S’il n’en achète pas en Allemagne où il s’est rendu aux Jeux Olympiques, l’année suivante il expérimente cette nouveauté technologique à l’occasion de sa visite de l’Exposition universelle de Paris. Il continue à filmer en noir et blanc, sans que se dessine la logique de ses choix de sujet en couleur. La plupart des images de Strasbourg sous l’annexion ou à la Libération sont en noir et blanc, mais la plus longue séquence tournée dans la corderie du Heyritz est en couleur – deux autres, de moindre durée, restent en noir et blanc. Weiss a filmé à l’intérieur un ouvrier expérimenté et un plus jeune en train de tresser à la main des cordelettes, réservant la couleur à la tâche collective de la fabrication des plus gros et longs cordages, qui prend place en extérieur. Les conditions d’exposition idoines peuvent expliquer le recours à une pellicule plus coûteuse, tout comme les essais de développement qui livrent une image en léger sfumato puisque c’est à cette étape que la couleur est émulsionnée sur la pellicule. Quelle que soit la teinte, les ouvriers de la corderie se plient en souriant au hobby de leur employeur : ils font partie de la famille filmée de Robert-Charles Weiss.

Bibliography


Pierre Rigoulot, L'Alsace-Lorraine pendant la guerre 1939-1945, Paris, Que sais-je?, 1997.

Robert-Charles Weiss, Trois siècles au service d'une profession, Strasbourg, Corderie S. Weiss, 1950.


Article written by

ALEXANDRE SUMPF, 20 December 2018