...


De Gaulle en Algérie[1]

Abstract


Visite officielle du général de Gaulle à Telergma et Constantine en 1958.

Description


Général de Gaulle à Télergma 1958, Atterrissage d'un avion Caravelle sur une piste d'aéroport Nombreux journalistes et photographes Général de Gaulle saluant des militaires Revue des troupes sur le tarmac de l'aéroport Les officiels remontent dans un avion Détails de l'avion Caravelle ; militaires regardant l'avion Caravelle dans le ciel Fleurs Des militaires jouent à la pétanque Moutons paissant Petit Algérien à dos d'âne De Gaulle à Constantine 1958 Foule avec des drapeaux français Croix de Lorraine "Vive de Gaulle Algérie française" ; foule important Défilé militaire Banderoles dans la foule ; nombreux drapeaux français Défilé fanfare Pano sur foule très importante Défilé aérien: les avions forment une croix de Lorraine Général de Gaulle saluant des militaires Discourant sur un balcon Panoramique foule De Gaulle saluant la foule depuis une jeep, militaires le suivant


Metadata

Reference / film number :  0003FH0009
Date :  05 June 1958
Coloration :  Color
Sound :  Mute
Running time :  00:06:42
Film-maker :  Albert, Jean
Reel format :  8 mm
Genre :  Amateur movie
Thematics :  Other wars : First Indochina war – Algerian war
Archive :  MIRA

Context and analysis


Conquise de façon très brutale en 1830, l’Algérie est la seule colonie française de peuplement au Maghreb. En 1847, son territoire est découpé en trois départements où vit une population d’Européens dont une majorité d’Espagnols et un groupe significatif d’Alsaciens. Malgré des tentatives dans l’entre-deux-guerres de rééquilibrer les relations entre colons, administration coloniale et indigènes, l’indépendantisme gagne. Le point de non-retour est atteint avec les massacres croisés de Sétif le 8 mai 1945. Le 1er novembre 1954, le Front national de Libération algérien lance une offensive tous azimuts. Alors débute la « sale guerre » qu’en métropole les autorités nomment opération de pacification. En 1956, le président du conseil socialiste Guy Mollet décide de l’envoi du contingent pour soutenir les militaires de carrières. C’est ainsi que Jean Albert, 21 ans, part en uniforme de Marseille à Alger (0003FH0010) et rejoint la base militaire de Telergma au sud de Constantine. La crise éclate en Algérie et France justement en mai 1958 : malgré la vive protestation du centre-gauche et des socialistes qui crient au complot, le président Coty n’a d’autre choix que de rappeler le sauveur de la France en 1940, le général de Gaulle. Nommé le 1er juin, il décide de se rendre sur-le-champ en Algérie. Sa visite à Constantine et à Télergma s’insère entre son discours d’Alger, le 4 juin (« Je vous ai compris ») et celui de Mostaganem le 6 juin (« Vive l’Algérie française ! »), origine du grave malentendu politique entre le million de « Français d’Algérie » et le chef du gouvernement qui entreprend bientôt de signer la « paix des braves » (23 octobre).

Affiche pour l'Algérie française @ Charles Raux DR / CRDP Reims

Un ancien général parmi les conscrits

À la fois haut gradé de l’armée française et homme politique, le général de Gaulle s’est imposé en deux semaines comme seul recours à la crise majeure que représente la guerre d’Algérie. Il effectue une tournée de cinq jours en Algérie en faisant étape dans chaque préfecture, dont Constantine le 5 juin. Le passage par la base aérienne opérationnelle de Telergma s’impose puisqu’il s’agit du pivot majeur du contrôle des airs par l’armée française, d’où partent tous les raids de bombardements comme celui tristement célèbre de Sakhiet le 8 février précédent. En outre, la piste est la seule capable d’accueillir en toute sécurité la Caravelle Air France du chef du gouvernement, dont Jean Albert filme en connaisseur l’atterrissage et le décollage. Entouré de quelques fidèles, d’officiers d’état-major et d’une nuée de journalistes parmi lesquels sa haute taille se détache, de Gaulle se présente en uniforme mais sans médailles. Il se tient au garde-à-vous pendant la Marseillaise qui réaffirme l’appartenance du territoire à la République. Le conscrit a tout loisir de filmer de très près le grand homme sans que personne n’y trouve à redire : la discipline peut bien céder à la médiatisation et à la starisation. Albert en profite même pour passer, comme il le fait régulièrement, la caméra à un camarade qui l’immortalise devant l’avion officiel… y compris à vélo, son sport fétiche. Il faut dire que cet appareil, le premier biréacteur civil au monde avec ses deux propulseurs à l’arrière, fait l’admiration de tous les équipages présents. De Gaulle se fait le promoteur de l’avion construit par Sud Aviation qui engrange alors les contrats, avant la mise en service commerciale en 1959. Il projette une image de modernité que le fondateur de la Cinquième République ne cessera de mettre en avant.

Tract anti de Gaulle du FLN © militaria-medailles

Rassurer les « Français d’Algérie »

L’ambiance est évidemment très différente à Constantine où une foule extraordinairement dense est venue écouter de Gaulle. Le Comité de salut public local a préparé au mieux l’accueil en distribuant des fanions tricolores ; les banderoles proclament l’indéfectible lien entre France et Algérie, mais font aussi la démonstration de force de ces groupements de citoyens qui ont fait vaciller la Quatrième République. Européens et indigènes se mêlent dans les rangs des unités comme dans le public, tandis qu’une escadrille forme une croix de Lorraine dans le ciel. Sur la tribune, de Gaulle encourage la foule à l’acclamer, certains font le V de la victoire. Contraint par les attentes de la foule qui lui a permis de revenir au pouvoir suite aux manoeuvres des comités de salut publics d'Algérie, il déclare : « Salan est mon représentant sur cette terre à jamais française ». Mais pour ne pas avoir les mains liées par les militaires, il démet rapidement ce même Salan. Ce dernier se mutinera trois ans plus tard et sera à l’origine de l’Organisation Armée secrète (OAS) qui attentera à la vie du président de la République en 1962. Le 5 juin 1958, de Gaulle reprend sa tournée qui favorise une inédite personnalisation du pouvoir en France.

Identified persons


Général de Gaulle; Jacques Soustelle; Général Salan

Bibliography


Jean-Pierre Bertin-Maghit, Lettres filmées d'Algérie. Des soldats à la caméra (1954-1962), Paris, Nouveau Monde éditions, 2015.

Michèle Cointet, De Gaulle et l'Algérie française, Paris, Perrin, 1995.

Jean-Charles Jauffret, Soldats en Algérie 1954-1962. Expériences contrastées des hommes du contingent, Paris, Autrement, 2000.

Jean-William Dereymez, Olivier Ihl, Gérard Sabatier (dir.), Un cérémonial politique. Les voyages officiels des chefs d'Etat, Paris, L'Harmattan, 1998.


Article written by

ALEXANDRE SUMPF, 06 December 2018


  1. As part of an amateur production, this sequence did not receive a title from its director. The title displayed on this sheet has been freely created by its author in order to best reflect its content.