...


Jeux d'enfants dans la piscine thermale Carola de Ribeauvillé

Abstract


Jean-Georges Kugler filme un groupe de garçons s’amusant dans la piscine en plein air de l’établissement thermal Carolabad à Ribeauvillé.

Description


Comme une introduction à la séquence, l’opérateur filme l’écriteau « Carola » puis « Société anonymes des eaux minérales de Ribeauvillé » (Haut-Rhin) à l’entrée de la station thermale. La caméra effectue un léger panoramique vers le bas sur les grilles du domaine ouvertes sur un écrin de verdure. Plan fixe sur un petit bâtiment à l’intérieur du site. Léger panoramique droit sur un beau ciel clairsemé de nuages puis la caméra continue sa course en descendant sur un ensemble de bâtiments, dont un pourvu d’une imposante tourelle avec à sa base de larges fenêtres vitrées, ainsi qu’une longue palissade en bois. Plan fixe et serré sur deux enfants courant de dos vers la palissade, en shorts et chemisettes, avec sous leur bras une serviette de bains. Le dernier s’attarde sur le passage pour accéder au bassin, se retourne et adresse un regard à la caméra, amusé d’être ainsi filmé par l’opérateur.

Un groupe de jeunes garçons en tenue de bains est allongé au bord de la piscine, ils battent des pieds en souriant à la caméra. Un des garçons rentre dans le champ de la caméra en effectuant un plongeon au-dessus d’un autre courbé sur le plongeoir du bassin. La caméra suit le plongeur qui pénètre dans l’eau et remonte à la surface. Second plongeon puis l’enfant courbé tombe dans l’eau, emporté par son camarade. Une dizaine d’enfants assis sur un banc au bord du bassin, se lève, court puis saute dans l’eau. Au milieu des éclaboussures, les enfants se redressent, l’eau au niveau de la taille. Gros plan sur un garçon qui émerge à la surface de l’eau, une grimace et un large sourire sur son visage. Un corps passe au-dessus d’une barrière fixée dans le bassin. Deuxième plan des enfants depuis le banc sautant dans le bassin. Un enfant plus jeune, âgé d’environ 5 ans, est assis au bord du bassin et bat fort l’eau avec ses jambes. Marche en équilibre sur la barrière au milieu du bassin par un garçon, un bonnet de bain sur la tête. Il tangue et chute dans l’eau avec un de ses camarades, qui le suit.

Le groupe d’enfants sur les plages de la piscine, assis sur les bancs ou debout. La caméra suit l’un d’entre eux qui s’élance et plonge. Léger panoramique vers le bassin, les enfants rentrent dans le champ de la caméra en effectuant des plongeons successifs. Un garçon marche au bord en direction du bassin, il fait mine de lire un papier qu’il tient tout près de son visage, le corps raidi pour accentuer l’effet comique de son jeu/ sa mise en scène. Il s’avance, concentré sur sa lecture et termine sa marche dans la piscine. Une dame avec un tablier ramasse des effets laissés là par les enfants qui l’entourent. Quelques filles sont présentes à l’image, en maillot de na-bains deux pièces. La caméra effectue un panoramique à 180° sur la piscine et les cabines de change sur la largeur du bassin puis des enfants assis sur un banc qui court sur la palissade en bois - que l’on aperçoit en contre-champ au début de la séquence – sur toute la longueur du bassin.


Metadata

Reference / film number :  0075NN0008
Date :  Between 1950 and 1954
Coloration :  Black and white
Sound :  Mute
Timecode :  00:26:45
Running time :  00:00:00
Film-maker :  Kugler, Jean-Georges
Genre :  Amateur movie
Thematics :  Body and Health, Swimming, Thermalism

Context and analysis


Carolabad, de la station thermale à la piscine municipale

Document BNU

Issues des failles géologiques, qui accompagnent la grande faille rhénane, l’existence des sources et leur utilisation à des fins thérapeutiques est attestée dans toute l’Alsace depuis le Moyen Age. A Ribeauvillé, on peut compter sur deux sources distinctes : la Source des Ménétriers « médicinale » et la Source du Château, qui dès la fin du 19ème siècle sont reconnues par le corps scientifique (médecin, directeur de laboratoire) pour leurs propriétés thérapeutiques et curatives. Des praticiens en Alsace, en Allemagne et en Suisse affirment en effet le prescrire à leur patient souffrant de divers maux.

Après quelques tentatives infructueuses de création d’un centre d’hydrothérapie, la découverte de la source dite « Heilquelle » à la fin du 19ème siècle par le docteur Staub à une douzaine de mètres de profondeur, lance la construction du premier établissement thermal moderne. La source est rebaptisée « Carolaquelle » en hommage à l’épouse du médecin, prénommée Caroline, qui donnera aussi son nom « Carolabad » à la station thermale.

Le thermalisme est surtout l’apanage d’une bourgeoise aisée, qui vient séjourner dans l’établissement pour une durée de 3 à 4 semaines. Les cures se font sous la surveillance des médecins de la Société, qui prescrivent des bains chauds ou froids, des douches générales ou localisées à température variée, des inhalations d’eau minérale pulvérisée. La consommation de l’eau minérale le matin à jeun et un régime alimentaire diététique au restaurant de l’établissement viennent compléter les recommandations.

La carte postale donne à voir les multiples installations qui constituent l’ensemble du site de 1889 jusqu’à la première guerre mondiale : le pavillon des sources, l’établissement de bains avec cabines douches et baignoires, la piscine de plein air à l’eau minérale à 18° qui fait l’objet de la séquence filmée. Le promenoir, un hôtel de 30 chambres, le restaurant et l’usine destiné à l’embouteillage et la commercialisation de l’eau minérale (à partir de 1905) font aussi parti des nombreuses installations.

Document BNU

Après la grande guerre de 14-18, la station thermale va progressivement disparaître au profit de la production et la commercialisation de l’eau en bouteille. C’est également le moment où la piscine de la station thermale s’ouvre au public. Rare piscine à ciel ouvert en Alsace à cette époque, elle devient très populaire, attirant un grand nombre de visiteurs venus de toute la région. Si nous ne pouvons pas dater exactement la séquence filmée, nous pouvons par contre affirmer qu’elle se situe entre 1950, date à laquelle Jean Georges Kugler, le cinéaste, commence à filmer la vie de cette petite ville alsacienne et 1954, date de la démolition de la piscine d’origine.


La piscine en plein air Carolabad et l’enseignement de la natation en Alsace.

Document BNU

La séquence nous éclaire sur le type de pratique de ces jeunes garçons venus à la piscine par une belle après-midi. Ici il s’agit d’une activité de loisir collectif sous la surveillance d’une personne (on aperçoit une dame rangée les effets des enfants à la fin de la séquence) mais sans enseignement particulier. Les enfants semblent être venus là pour s’amuser et non pour suivre un cours de natation avec un professeur.

Néanmoins, si l’apprentissage stricte de la nage n’est pas mis en avant dans ce film, on constate l’aisance avec laquelle les enfants évoluent dans la piscine. L’eau semble être pour eux un élément familier, chez les grands comme chez les plus petits, qui ne manifestent aucune appréhension. Ils mettent la tête sous l’eau, s’amusent à marcher en équilibre sur la rampe au milieu du bassin avant de se laisser choir de tout leur poids dans l’eau. Enfin, ils maitrisent le plongeon, parfois même depuis le plongeoir – il semblerait aussi que ces derniers exécutent quelques mouvements de brasse dans la zone où le bassin est plus profond, après leur saut.

Aussi, les enfants semblent être habitué à fréquenter la piscine et avoir reçu des apprentissages en lien avec la natation. Les capacités qu’ils dévoilent dans cette séquence en témoignent. Cela est tout à fait probable en regard de la place occupée par cet enseignement à l’époque au niveau national et particulièrement en Alsace dès le début du 20ème siècle. En effet, entre 1930 et 1950, "l’enseignement de la natation se généralise tant au niveau régional que national dans les Ecoles Primaires, durant la leçon d’éducation physique."[1]

La région fait particulièrement figure de référence en la matière. A partir de 1921, des leçons sont ainsi dispensées aux élèves des écoles primaires – filles et garçons - aux bains municipaux de Strasbourg. La fréquentation des élèves, et les brevets d’aptitude décernés aux plus performants augmentant d’année en année, «Strasbourg obtient en 1934 un « Prix d’honneur » et les éloges du Ministre de la Santé Publique et de l’Education Physique ». [1]

Néanmoins, bien avant la démocratisation de l’enseignement de la natation, les Alsaciens sont déjà familiers des bains, qu’il s’agisse des bains de rivières. «{..} on s’y trempe, et il arrive qu’on apprenne à nager dans la rivière dès le XIXème siècle » [2] , de la baignade dans les gravières ou les établissements de bains aménagés, comme par exemple le long de l’Ill à Strasbourg. « Grace à ces établissements, l’Alsace a vu rapidement croître à la fin du XIXème siècle le nombre de ses jeunes « sachant nager » ».[3]

Bernard Schwach, jeune Ribeauvillois dans les années 50, se rappelle de journées entières passées à barboter dans la piscine Carola, en compagnie de ses amis et de son frère aîné. Chaque jour durant la période estivale, la responsable en cheffe de la piscine, Sophie Walter, vient le chercher à la ferme familiale pour se rendre à l'établissement de baignade, située à peine à 200m de là. C'est elle que l'on aperçoit à la fin de la séquence, occupée à ramasser les affaires des enfants au bord du bassin. C'est elle seule qui était en charge de l'entretien des cabines, des plages et surtout, bien que ne sachant pas nager, de la surveillance des enfants pendant leurs après-midi de baignade.

Places and monuments


Etablissement Carolabad

Bibliography


« Badbronn, Carola, guerre de l’eau sur le Landgraben », Didier S. de Sacy, Jean-Philippe Dussourd et Luc Adoneth In Revue d’Alsace, « Boissons en Alsace de l’Antiquité à nos jours, Abondance et Diversité », n°137, 2011 https://journals.openedition.org/alsace/1243

« Une cure au Carolabad » in La Revue historique de Ribeauvillé et environs, n°18, 2010 « Le séjour de M. ET Mme E.B. aux bains Carola de Ribeauvillé ». Texte rédigé par une curiste strasbourgeoise en 1905 pour un concours organisé pour CAROLA, conservé par Jean HEYM, directeur commercial de l’époque.


Article written by

Sophie Desgeorge, 30 January 2019


  1. 1,0 et 1,1 « La natation aux bains municipaux de Strasbourg (1920-1950) », Alexis Fassel in Sports et loisirs en Alsace au 20ème siècle, C.R.E.E.C. UFR Staps Strasbourg, 1994
  2. « L’Alsace au bain », André Rauch in Sports et loisirs en Alsace au 20ème siècle, C.R.E.E.C. UFR Staps Strasbourg, 1994.
  3. « L’Alsace au bain », André Rauch in Sports et loisirs en Alsace au 20ème siècle, C.R.E.E.C. UFR Staps Strasbourg, 1994.