...


La Légion étrangère à Touggourt[1]

Abstract


Visite du sous-lieutenant parachutiste Jean Albert à la garnison annexe de la Légion étrangère à Touggourt (Algérie).

Description


Touggourt 1958 (TB) ; Tunisie : le bordj (fort) de Remada, gazelles Mausolée ? Dans les montagnes algériennes Passage d'une calèche sous un tunnel Ville Pano parc avec palmiers Stèle "Piste orientale transsaharienne Niger" Scènes de rue à Touggourt, devant le sultanat Chameau portant du foin Porte de campement militaire gardée par un soldat Portrait soldat Différentes vues du fort de Remada ? Pano désert Maisons traditionnelles berbère ? Remparts fort de Remada Intérieur du fort Corbeau Végétation Voiture type Cadillac Gazelles Pano village du désert


Metadata

Reference / film number :  0003FH0009
Date :  1958
Coloration :  Color
Sound :  Mute
Running time :  00:04:39
Film-maker :  Albert, Jean
Reel format :  8 mm
Genre :  Amateur movie
Thematics :  Other wars : First Indochina war – Algerian war, Rural life, Natural and transformed landscape, Heritage and tourism sites
Archive :  MIRA

Context and analysis


La Légion étrangère a permis dès 1831 d’intégrer à l’armée de Terre française des ressortissants étrangers s’engageant comme volontaires – historiquement, une forte majorité d’Allemands. L’histoire de cette unité possédant son commandement propre est étroitement liée à la colonisation, puisqu’elle ne peut être engagée qu’en dehors de la métropole, du moins jusqu’en 1914. Ses bataillons combattent en Algérie et en Espagne dans les années 1830, puis forment la colonne vertébrale des expéditions en Italie, au Mexique ou en Crimée. L’un de ses plus importants centres de commandement est situé en Algérie à Sidi-Bel-Abbès. Rudement éprouvée par la guerre perdue en Indochine, où elle a perdu 12% de ses effectifs, la Légion se replie sur ses bases en Algérie alors que s’embrase le conflit avec le FLN. Les « képis blancs » du 1er Régiment étranger de parachutistes formé en 1948, anéanti à Dien Bien Phu, font partie des unités les plus mobilisées dans la lutte à mort contre les fellaghas. Lors du putsch d’Alger d’avril 1961, le régiment conduit par Hélie Denoix de Saint-Marc se mutine contre de Gaulle. Certains officiers de ce régiment dissous rejoignent l’OAS, d’autres, comme Jean-Marie Le Pen, entrent en politique.

Carte postale touristique des années 1950

Les circonstances du déplacement de Jean Albert aux limites du Sahara restent inconnues. La zone est bien plus dangereuse que la base aérienne opérationnelle de Télergma où il est cantonné, puisque l'armée française s'échine à sécuriser les frontières avec la Tunisie et (ici) le Maroc, bases arrières des fellaghas. Sa caméra fixe ce qui ressemble fort à une excursion de tourisme, partant par la route de la Corniche, passant le pont suspendu de Sdi M’cid, une réalisation spectaculaire de l’administration coloniale, qui a aussi apporté l’électricité à la cité berbère de Touggourt. Ce mélange de tourisme et de mise en valeur de l’apport des Français se lit aussi dans le plan fixe sur la stèle marquant le point de départ de la première expédition entreprise par Georges-Marie Haardt et Louis Audoin-Dubreuil fin 1922, avant la fameuse Croisière noire, elle aussi sous le patronage des usines automobiles Citroën en 1924-1925. Quelques plans enregistrent aussi les particularités de la population locale, notamment leur costume traditionnel composé de la djellaba et du burnous. Les chameaux sont les animaux de charge portant bois et paille. Albert consacre aussi de longs plans aux bâtiments de la base de Touggourt, partie du groupement saharien du sud tunisien, où flotte en hauteur le drapeau tricolore. Aux pieds des murailles s’étend le désert que scrutent les militaires français placés dans ce poste, de façon distraite puisque l’un écrit une lettre. L’isolement de ce type de poste avancé est total, au milieu d’étendues vides et de populations rares.

Places and monuments


Borne zéro de la Croisière noire; pont suspendu de SDI M'CID

Bibliography


Charles-Robert Ageron, "Un versant de la guerre d'Algérie. La bataille des frontières (1956-1962)", Revue d'histoire moderne et contemporaine, 46/2, p. 348-359.

Jean-Pierre Bertin-Maghit, Lettres filmées d'Algérie. Des soldats à la caméra (1954-1962), Paris, Nouveau Monde éditions, 2015.

Sébastien Denis, Le Cinéma et la guerre d'Algérie. La propagande à l'écran (1945-1962), Paris, Nouveau Monde éditions, 2009.

Jean-Charles Jauffret, Soldats en Algérie 1954-1962. Expériences contrastées des hommes du contingent, Paris, Autrement, 2000.

Frédéric Médard, Technique et logistique en guerre d'Algérie. L'armée française et son soutien 1954-1962, Paris, Lavauzelle, 2002.


Article written by

ALEXANDRE SUMPF, 11 December 2018


  1. As part of an amateur production, this sequence did not receive a title from its director. The title displayed on this sheet has been freely created by its author in order to best reflect its content.