...


Procès des dirigeants autonomistes à Colmar

Abstract


Les chefs autonomistes sont accusés de complot contre la sûreté de l'État et sont jugés à Colmar.

Description


Foule attendant devant le Tribunal de Colmar.


Metadata

Reference / film number :  0026FN0001
Date :  May 1928
Coloration :  Black and white
Sound :  Mute
Running time :  00:00:04
Film-maker :  Spindler, Paul
Reel format :  9,5 mm
Genre :  Amateur movie
Thematics :  Borders, War
Archive :  MIRA

Context and analysis


Ce film pris sur les marches du tribunal de Colmar est relativement court. Il est court pour une simple raison: filmer un procès est illégal et l'auteur ne voulait pas être poursuivi lui aussi par la justice. La foule semble relativement calme, toute manifestation dans le cadre d'une accusation de complot contre la sûreté de l'État mettrait en cause les manifestants et serait probablement contre-productif pour les accusés.

Le mouvement autonomiste alsacien débute après 1870, des Alsaciens se présentent aux élections législatives de 1877 du Reich avec comme objectif d'être traités comme les autres États allemands. Le Reich est méfiant envers l'Alsace du fait de sa potentielle double loyauté mais il lui est accordé des nouveaux droits, une assemblée consultative régionale en 1879 et une assemblée législative régionale (Lantag) en 1911. L'Alsace reste une terre du Reich et non un État mais ces nouveaux droits calment les plus radicaux. L'affaire de Saverne provoque la montée d'un sentiment autonomiste mais la situation change radicalement avec la fin de la Première Guerre mondiale et le rattachement de l'Alsace à la France. La politique pour refranciser la région avec des fonctionnaires venus de la France « de l'intérieur » entraîne un déclassement social et la naissance de tensions nouvelles. La situation reste relativement calme jusqu'en 1924 et l'arrivée au pouvoir du Cartel des Gauches. Édouard Herriot a alors pour projet de mettre fin au statut scolaire confessionnel dans la région. Catholiques et protestants font front commun contre le projet et une manifestation massive qui aurait réuni jusqu'à 50 000 personnes est organisée place Kléber. Les quotidiens autonomistes se multiplient telle la Die Zukunft (L'Avenir). Le Parti autonomiste, Landespartei, est créé en novembre 1927 par Karl Roos. C'est dans ce contexte de développement des mouvements autonomistes que naît un climat de suspicion.
Accusés de complot contre la sûreté de l’État les principaux leaders autonomistes sont jugés du 1er au 24 mai 1928.

Les accusés sont au nombre de 22 :

1. Ricklin Georges-Eugène, âgé de 65 ans

2. Hauss René-Charles, âgé de 32 ans

3. Schall Paul-Joseph, âgé de 29 ans

4. Fashauer Joseph-Aloïse, âgé de 47 ans

5. Rosse Joseph-Viktor, âgé de 35 ans

6. Schlagel Emile-René, âgé de 34 ans

7. Baumann Charles-Xavier, âgé de 32 ans

8. Kohler Joseph-Eugène, âgé de 37 ans

9. Wurtz Jean-Eugène, âgé de 36 ans

10. Heil Charles-Philippe, âgé de 47 ans

11. Reisacher Henri-Gustave, âgé de 45 ans

12. Eggeman Eugènie-Marguerite-Agnès, femme Fashauer, âgé de 32 ans

13. Solveen Henri-Frédéric-Hermann, âgé de 32 ans

14. Sturmel Marcel-René, âgé de 27 ans

15. Schweitzer Frédéric-Charles, âgé de 29 ans

16. Roos Philippe-Charles, âgé de 49 ans

17. Ernst Robert-Frédéric, âgé de 31 ans

18. Schmidlin Joseph-Auguste, âgé de 52 ans

19. Ley René-César-Eugène-Alexandre, âgé de 39 ans

20. Pinck Pierre-Emile, âgé de 56 ans

21. Hirtzel Auguste-Frédéric, âgé de 43 ans

22. Zadoc Eugène, âgé de 33 ans

Le procès aboutit à la condamnation de deux hommes qui seront ensuite acquittés, Ricklin et Roos. Charles Philippe Roos (ou Karl Roos) sera fusillé durant la Seconde Guerre mondiale pour espionnage au profit des Allemands et devient un symbole de propagande pour le troisième Reich. Le gouvernement débaptise ainsi la place Kléber pour la nommer place Karl Roos. À la libération, son cercueil est jeté de la tour du Hunebourg par des villageois alsaciens.

Places and monuments


Colmar


Article written by

Joscelyn Lapart, 06 January 2019