Difference between revisions of "Piganiol, Pierre"

Line 9: Line 9:
 
|effectif_mira=72
 
|effectif_mira=72
 
|formats=9,5 mm; 16 mm
 
|formats=9,5 mm; 16 mm
|Resume_fr=Né à Chambéry en 1915 et décédé à Paris le 27 janvier 2007, Pierre Piganiol est un chimiste, résistant
+
|Resume_fr=Né à Chambéry en 1945 et décédé à Paris le 27 janvier 2007, Pierre Piganiol est un chimiste, résistant
 
et homme politique français.
 
et homme politique français.
 
Il entre à l’Ecole Normale Supérieure en 1934 pour étudier la chimie puis devient agrégé et préparateur
 
Il entre à l’Ecole Normale Supérieure en 1934 pour étudier la chimie puis devient agrégé et préparateur

Revision as of 14:08, 3 December 2019




Professions :  Chimiste ; Résistant ; Directeur scientifique ; Délégué général à la Recherche scientifique
Lieux de vie :  Paris
Formats :  9,5 mm; 16 mm
Période d'activité cinéaste :  -
Bobines conservées par MIRA :  72

Né à Chambéry en 1945 et décédé à Paris le 27 janvier 2007, Pierre Piganiol est un chimiste, résistant et homme politique français. Il entre à l’Ecole Normale Supérieure en 1934 pour étudier la chimie puis devient agrégé et préparateur en laboratoire.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, il est mobilisé pendant la drôle de guerre puis retourne à l’ENS où il fonde, avec son ami biologiste Raymond Croland, un réseau de résistance qui fait passer des renseignements à la France Libre à Londres. En 1944, son collègue est arrêté par la Gestapo et meurt durant son transfert vers l’Allemagne tandis que Pierre Piganiol doit fuir et entrer dans la clandestinité. Réincorporé dans l’armée française à la fin de la guerre, il est envoyé en Allemagne pour récupérer des recherches scientifiques.

Démobilisé, il entre à Saint-Gobain où il est chargé du développement et de la recherche puis est promu directeur scientifique. En 1958, le général de Gaulle, au fait de son passé de résistant, lui demande de participer à la politique scientifique française et le nomme Délégué général à la Recherche Scientifique et Technique. Il crée autour de lui la Délégation Générale à la Recherche Scientifique et Technique (D.G.R.S.T.) qui structure la politique de recherche française et qui est, entre autres, à l’origine du Centre National d’Etudes Spatiales (C.N.E.S.). En 1961, il quitte la D.G.R.S.T. pour retourner à Saint-Gobain tout en continuant de s’impliquer dans la politique scientifique française.

Pierre Piganiol commence à filmer pendant les années 40 notamment des films sur la libération. Après la guerre il continue son activité de cinéaste amateur en tournant des films de famille et de voyage ainsi que quelques films professionnels.

Bibliographie :

PAPON Pierre, « PIGANIOL Pierre – (1915-2007) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 octobre 2019. URL: http://www.universalis-edu.com.access-distant.bnu.fr/encyclopedie/pierre-piganiol/

PIGANIOL Pierre, Doubles vies normaliennes 1940-1945, texte inédit.

WACRENIER Philippe, « Pierre Piganiol 1915-2007 », dans La Voix de la Résistance, N° 244, Paris : Comité d’Action de la Résistance, Mars 2007, p. 4-5.

Entretien avec Raymond Piganiol, fils de Pierre Piganiol, le 15 novembre 2019 à Strasbourg.




Filmography

Allemagne 1945 (2019)
Thematics : Second World War : post-war period


Saint Dié 1945 (1945)
Thematics : Second World War : post-war period